RMC

Réforme des retraites: "Avec le 49.3, le gouvernement fait un aveu de faiblesse"

RMC
Certains syndicats entendent bien saisir la balle au bond. La CFDT par exemple, compte bien se faire entendre.

Le 49/3 dégainé, est-ce pour autant la fin du débat sur le fond de la réforme des retraites?

Edouard Philippe a donc degainé l'arme constitutionnelle du 49.3 pour faire passer la délicate réforme des retraites. Le débat parlementaire, qui patinait depuis 13 jours pour cause de milliers d'amendements déposés par l'opposition, est donc terminé pour l'instant à l'Assemblée nationale. 

Le texte est considéré comme adopté, sauf si l'une des deux motions de censure déposées par l'opposition est votée lundi dans l'hémicycle. Les oppositions et les syndicats dénoncent un passage en force. Mais Edouard Philippe assure, lui, que le "nouveau texte" sera enrichi de tous les acquis de la négociation avec les partenaires sociaux et d'un grand nombre d'amendements venus de la majorité parlementaire.

Certains syndicats entendent bien saisir la balle au bond. La CFDT par exemple, compte bien se faire entendre. Selon le syndicat réformiste, tout n'est pas encore joué: "Pour nous ça ne change rien, on poursuit le combat", assure un négociateur de la CFDT. Le syndicat réformiste va continuer de mettre la pression sur les parlementaires pour améliorer le projet de réforme.

Seule différence, ce ne sont plus avec les députés mais avec les sénateurs que le syndicat va discuter. Le texte doit arriver au Palais du Luxembourg dans les semaines qui viennent.

La CFDT va même plus loin: elle veut croire qu'elle est désormais en position de force pour imposer ses thèmes que sont la prise en compte de la pénibilité ou la revalorisation du minimum des pensions. "En choisissant le 49./3, le gouvernement fait un aveu de faiblesse", décrypte un syndicaliste. "Il perd un peu de crédit auprès de l'opinion, il sera donc obligé, dit-il à RMC, de faire des concessions".

Juliette Droz