RMC

Réforme des retraites: Laurent Berger de la CFDT s'agace contre l'âge pivot et propose une "conférence de financement"

Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, a de nouveau demandé dimanche le retrait de l'âge pivot, mesure "injuste" et "inutile", et a proposé  "une conférence de financement" du système de retraites distincte du projet de loi en préparation.

Il est celui qui est souvent présenté comme l'un des hommes-clé pour trouver une issue. Pourtant, Laurent Berger, qui était l'invité du journal de France 2, semble perdre patience. 

Le secrétaire général de la CFDT visiblement très agacé par les récentes déclarations du nouveau secrétaire d'Etat aux retraites, n'exclut pas d'appeler à nouveau à manifester s'il n'est pas rapidement entendu.

Si le gouvernement ne semble pas prêt à renoncer à son âge pivot, un "progrès social" martèle l'un de ses ministres, c'est pourtant la ligne rouge qu'a fixée Laurent Berger. "Il faut retirer cet âge pivot du projet", a-t-il insisté.

Est-ce le préalable à toute discussion ? "Oui", a-t-il répondu, alors qu'une concertation doit se tenir mardi au ministère du Travail sur la pénibilité et l'emploi des seniors. 

L'âge pivot à 64 ans, en dessous duquel il ne sera pas possible de partir avec une retraite à taux plein, est présenté par le gouvernement comme une manière de garantir l'équilibre financier du système. 

"C'est une mesure qui est d'abord injuste car cela va faire payer plus ceux qui ont commencer à travailler jeune, au bénéfice de ceux qui ont commencé à travailler plus tard", a détaillé M. Berger. "C'est une mesure inutile et cela ne se justifie pas", a-t-il martelé. Une pétition sera lancée pour demander le retrait, a-t-il annoncé.

La CFDT va d'ailleurs lancer une pétition contre cet âge pivot, une mesure budgétaire qui n'a pas sa place dans le projet de loi selon Laurent Berger, qui propose une autre idée au gouvernement: "une conférence de financement" du système de retraites distincte du projet de loi en préparation. 

Il a par ailleurs indiqué que la CFDT, qui avait appelé à manifester le 17 décembre, déciderait "lundi" si elle se mobilisera le samedi 11 janvier comme l'intersyndicale (FO, CGT, Solidaires, FSU, CFE-CGC) des opposants qui demandent le retrait du projet a déjà prévu de le faire. 

Juliette Droz