RMC

Télétravail: les consultations chez le médecin pour mal de dos ont explosé ces derniers mois

Le télétravail et ses conséquences néfastes sur la santé, les visites chez le médecin ou l'ostéopathe pour mal de dos ont explosé ces derniers mois.

Dernière réunion ce vendredi entre organisations patronales et syndicales sur le télétravail. Celui-ci pourrait devenir de rigueur en cas de patient contact au sein de l'entreprise. Mais les Français sont-ils prêts à télétravailler ? 

Mal de dos, douleurs aux lombaires ou aux cervicales… Les visites pour des souffrances liées au télétravail ont explosé avec la fin du confinement et encore aujourd'hui chez les ostéopathes.

Dans cette entreprise de tapisserie, le télétravail, c'est en dernier recours. Les salariés ont trop souffert physiquement à l'image de Jennifer. 

“J’étais assise sur le canapé donc ce n’était pas forcément une bonne position. J’ai eu mal dans le haut du dos et les épaules”, décrit-elle. 

Pour Clarisse, c'est plutôt le manque d'activité physique qui lui a provoqué des douleurs. “Les muscles se sont atrophiés et ça a causé des grosses douleurs aux lombaires et une sciatique”, indique-t-elle.

"Il faut bouger"

Depuis le confinement et le recours plus important au télétravail, le cabinet d'ostéopathie d'Eytan Beckmann ne désemplit pas.

“On a une recrudescence de patients qui viennent avec des problèmes lombaires, cervicales. On a beaucoup de gens qui viennent avec des tendinites au niveau des coudes, des avants tout simplement parce qu’ils sont dans des positions qui ne sont pas du tout confortable et pas du tout adapté pour le travail”, explique-t-il. 

Pour que le télétravail ne vous fasse pas souffrir physiquement il y a quelques règles à respecter. “Le secret, c’est de bouger, de ne pas hésiter à faire des pauses. L’écran de l’ordinateur doit être à la hauteur des yeux, il faut être bien assis au fond de son siège, le dos droit et surtout, il faut bouger”, assure-t-il.

Alors tenez vous droit, prenez des pauses votre dos et votre employeur vous diront merci.

Romain Poisot avec Guillaume Descours