RMC

Elections en Israël: les Franco-israéliens très courtisés

5,8 millions d'électeurs sont appelés aux urnes ce mardi.

5,8 millions d'électeurs sont appelés aux urnes ce mardi. - AFP

Les Israéliens élisent leur nouveau Parlement ce mardi. Parmi les 5,8 millions d'électeurs appelés aux urnes, les Franco-israéliens sont particulièrement courtisés cette année. Ils sont en effet de plus en plus nombreux à venir s'installer en Israël.

5,8 millions d'Israéliens sont appelés aux urnes ce mardi pour choisir leurs parlementaires et donc leur Premier ministre. Et jamais l’électorat français n’avait autant intéressé les partis israéliens. Avec notamment des versions sous titrées en français de leur clip de campagne, et des équipes de campagne francophones.

En 2014, 7.000 français sont venus s’installer en Israël, plaçant la France en tête des pays de départ pour l’Aliyah, l’émigration vers Israël. Pour Freddo Pachter, chargé d’aider les Français à s’installer à Netanya, c'est inédit: "C'est la première fois qu'on voit ça. Il y a eu énormément de réunions. Benjamin Netanyahu est venu deux fois ici. C'est un électorat important car il est plutôt de droite et ne se disperse pas. En général les Français qui arrivent ont cette conviction de la droite, d'avoir Israël pour les Juifs".

"Je suis fier de voter ici"

Dès leur arrivée dans le pays, ces Français obtiennent le droit de vote. Ils seront donc nombreux à voter pour la première fois aujourd’hui. Samuel, 18 ans, est arrivé il y a quatre mois: "C'est un peu spécial surtout que ce sont des élections très compliquées. Je suis fier de voter ici puisque c'est le pays où je vais vivre".

Dans les derniers sondages, le parti de Netanyahu est en difficulté, battu par l’Union sioniste, parti qui rassemble la gauche et le centre. Au fil de la campagne, ces élections législatives anticipées se sont transformées en référendum "pro" ou "anti" Netanyahu . Le Premier ministre israélien a durci le ton hier encore réaffirmant l’impossibilité de la création d’un État palestinien tant qu’il sera en exercice.

La rédaction avec C.Martelet