RMC

EN VIDÉO - La reprise de la Ligue 1 serait "une aberration": le coup de gueule de Jean-Jacques Bourdin

Selon Jean-Jacques Bourdin, la reprise de la saison de Ligue 1 serait "une aberration" sur les plans: sportif, physique, économique et éthique.

C'est un véritable plaidoyer. Alors que la FFF a sifflé la fin du championnat pour le foot amateur, les club professionnels espèrent toujours la reprise. 

Même si les entraînements ne pourront reprendre qu'à partir du 11 mai, la LFP prépare tout de même un plan de reprise mais l'interdiction des événements avec un public nombreux jusqu'à mi-juillet pourrait bien forcer les clubs à jouer dans des matches à huis clos. C'est d'ailleurs ce qui est prévu en Allemagne.

"C’est une aberration!"

Une position qui a ne laisse pas impassible Jean-Jacques Bourdin. Sur RMC, le journaliste très impliqué dans le club du Nîmes Olympique, puisqu'il en est président d'honneur depuis 2018, a expliqué vendredi matin à l'antenne, pourquoi il était contre la reprise du championnat.

"Les clubs les moins menacés, aujourd’hui si on arrête le championnat, ce sont les "petits" clubs. Parce qu’ils ont déjà touché 80 ou 90% des droits TV. D'autre part, les "petits clubs", comme Brest, Dijon, Metz, Nîmes, sont bien gérés. Ils ont tous obtenu des prêts garantis par la BPI. Ils sont tranquilles financièrement pendant plusieurs mois. Il n’y a que quelques gros clubs qui sont en danger: Bordeaux, Saint-Étienne, Nantes et Marseille. Mais à Marseille, je pense que le propriétaire peut ajouter de l’argent. En ce qui concerne les droits TV, Il reste quelques droits à payer mais je ne suis pas certains que les diffuseurs payent pour des matchs à huis clos.
Concernant l’argent, la saison prochaine, c’est Mediapro qui a signé un contrat pour la diffusion des matchs. Sauf que Mediapro ne donne aucune nouvelle. Donc on ferait mieux, aujourd’hui, de s’occuper de préparer la prochaine saison. Il faudrait commencer à mettre la pression sur Mediapro, plutôt que de se demander si l’on va rejouer ou pas ou cette saison. 
D’autre part sur le plan sportif, les joueurs ne peuvent pas rejouer avant d’avoir effectué au moins un mois de préparation physique. De plus, jouer tous les trois jours, pour des joueurs qui ne se sont pas entraînés depuis deux mois, cela risque de provoquer une casse terrible. D’autant plus s’ils jouent tous les trois jours, en plein mois de juillet, au moment où il fait extrêmement chaud. Sur le plan sportif et physique, c’est une aberration. C’est une aberration sur le plan économique et c’est une aberration sur le plan éthique. Les pros, pour des questions d’argent, joueraient et pas les amateurs?
De toute manière, ce n’est ni l’UEFA, ni la ligue qui décident, c’est la situation sanitaire qui décide. Et j’espère d’ailleurs que c’est la première raison qui va conduire le foot professionnel à stopper" a-t-il expliqué.