RMC

Enfants renversés à Lorient: une cellule psychologique ouverte après le drame

Un enfant de 10 ans a été tué et un autre de 7 ans grièvement blessé par un chauffard de 20 ans qui roulait sans permis de conduire. Ce dernier est toujours recherché par les gendarmes.

Deux jours après l’accident dramatique qui eut lieu à Lorient, le chauffard qui a percuté deux enfants et pris la fuite est toujours recherché. Il a cependant été identifié par les autorités. Il s’agit d’un jeune homme de 20 ans qui avait emprunté le véhicule de sa mère alors qu’il n’est pas titulaire du permis de conduire. 

Il était par ailleurs accompagné d’une jeune femme de 21 ans. Dimanche, en fin de journée, il avait refusé d’obtempérer à un contrôle de gendarmerie. Une course-poursuite a lieu au cours de laquelle il renverse les deux enfants, tuant l’un d’eux. L’autre, un enfant de 7 ans, est toujours entre la vie et la mort à l’hôpital de Brest. 

Comme beaucoup de proches, d’amis, d’habitants du quartier, Adam, huit ans, est venu déposer une fleur blanche pour son copain de classe décédé.

"C’est très triste pour les parents, et pour tout le monde, même pour les copains. Ça touche le cœur", explique le jeune garçon. 

Une aide psychologique

Mardi matin, médecins et psychologues seront présents dans cette école pour accompagner les élèves dans leur deuil. Une bonne chose pour Priscilla. Trois de ses enfants sont scolarisés dans le même établissement. "Je pense que c’est bien pour les petits. Ils ne comprennent pas encore, mais je pense qu’en allant à l’école ça va beaucoup en parler donc ça va les toucher aussi", estime-t-elle. 

Christelle Trapani fait partie de l’association des parents d’élèves de l’école, c’est important pour elle qu’il y ait une aide psychologique. 

"Il faut que les enfants s’expriment. Il faut qu’ils comprennent pourquoi ça arrive, pourquoi à cet âge-là, on meurt. Il y a aussi un besoin de les rassurer aussi, de leur faire comprendre tout ce qui s’est passé", affirme-t-elle. 

Les élèves pourront aussi faire des dessins qui seront envoyés aux familles des victimes.

Mahauld Becker-Granier et Juliette Pietraszewski avec Guillaume Descours