RMC

Eric Ciotti : "Une guerre a été déclarée à notre pays"

-

- - AFP

Député de Les Républicains et spécialiste des questions de sécurité, Eric Ciotti revient sur l’attentat perpétré vendredi matin à Saint-Quentin Fallavier. Le principal suspect, Yassin Sahli, a été arrêté.

"Le nombre de Français engagés dans des filières a été multiplié par trois en 18 mois". C'est ce qu'affirme Eric Ciotti, député Les Républicains et spécialiste de la sécurité, après l'attentat qui a été commis dans un site de gaz industriels en Isère, près de Lyon.

Invité des Grandes Gueules de RMC, le parlementaire avait présidé durant six mois la commission d’enquête sur le suivi des filières djihadistes. "Nous avons au gré des auditons mesuré l’ampleur de la menace", a-t-il indiqué. "J’ai en mémoire cette phrase d’une des principaux responsables de nos services de sécurité qui nous avait dit que 'la France est engagée sur un long chemin tragique'". 

"Le nombre de Français qui se radicalisent est estimé à plusieurs milliers. Il y a donc entre 4.000 et 5.000 personnes qui peuvent potentiellement présenter une menace", indique le président du conseil général des Alpes-Maritimes. "Les moyens juridiques humains et budgétaires n’ont pas suivi dans les mêmes proportions", regrette-t-il. "J’ai le sentiment qu’on est en retard d’une guerre. La loi sur le renseignement participe va dans le bon sens mais elle arrive un peu tard".

"On est en retard d'une guerre"

Interrogé sur la responsabilité des services de renseignement, le député a estimé que "nos services de luttes antiterrorisme sont parmi les meilleures au monde". "Mais aujourd’hui, on est dans un cadre différent. On ne surveille plus 50 personnes qui étaient identifiés".

"Une guerre a été déclarée à notre pays et il faut des moyens pour gagner cette guerre", juge-t-il. "Il y a des tergiversations insupportables, inacceptables. Il faut être plus lucide, notre attitude diplomatique prend des chemins étonnants. Tous ceux qui combattent Daech sont nos alliées, tous ceux qui soutiennent Daech sont nos ennemis".