RMC

Fillon : "Je n'ai aucun conflit avec Sarkozy, je suis libre"

François Fillon, invité sur RMC et BFMTV de 8h30 à 9h30.

François Fillon, invité sur RMC et BFMTV de 8h30 à 9h30. - -

F. Fillon était l'invité de JJ. Bourdin ce lundi de 8h35 à 9h30. L'ancien Premier ministre a indiqué qu'il était favorable aux quotas d'immigrations après le vote Suisse. Il a aussi expliqué qu'il n'avait pas de conflit avec N. Sarkozy.

L'ancien Premier ministre, François Fillon, qui a récemment appelé les électeurs à se servir des élections municipales pour "envoyer un signal extrêmement puissant" au gouvernement, est ce lundi matin, l'invité, durant une heure, de BFMTV et RMC.

Sur la Suisse et l'immigration

"Que la Suisse veuille réduire le nombre d'étrangers sur son territoire est naturel", a assuré François Fillon. Les Suisses ont voté de justesse, dimanche, en faveur de la réintroduction de quotas d'immigration avec l'Union européenne. L'idée a été approuvée par 50,3% des électeurs.

Plus généralement, "soit l'Europe se dote d'une politique d'immigration sérieuse, soit elle ne le fait pas et elle ne pourra pas empêcher les Etats de le faire", a-t-il ajouté, évoquant cette fois-ci la politique d'immigration de la France et de l'Union européenne.

Sur le pacte de responsabilité

"Il y a des discussions de marchand de tapis avec les syndicats et le patronat", a expliqué François Fillon qui se dit prêt à voter "sans hésiter" le pacte de responsabilité. Pour l'ancien Premier ministre, "il ne faut pas demander de contreparties aux entreprises. On ne doit pas raisonner comme si c'était du marchandage. Commençons par améliorer la compétitivité, le reste viendra après".

Sur Nicolas Sarkozy

"Je n'ai aucun conflit avec lui mais je suis libre, je suis ma route", a dit François Fillon tentant de faire taire les rumeurs de tensions entre lui et l'ancien chef de l'état. "J'ai tiré les enseignements de la période où j'étais à Matignon. Mais il n'y a pas d'animosité, ni de compétitions personnelle c'est un problème d'idée, de vision internationale". Sarkozy l'aurait qualifié de looser ? "Il ne me l'a jamais dit".

Sur le sectarisme

Interrogé par Jean-Jacques Bourdin sur de possibles regrets après ses propos su le sectarisme du Front national ou du PS, François Fillon a expliqué qu'il n'avait pas été bien compris et qu'il s'estait mal exprimé lui-même sur cette question. C'est- la première fois que Fra,nçois FIllon exprime aussi clairement ses regrets quant à cette petite phrase qui avait fait couler beaucoup d'encre. "Je me suis mal exprimé, je maintiens que les électeurs devraient choisir leurs candidats en fonction du critère de sectarisme, a dit l'ancien Premier ministre. Le sectarisme fait du mal à la France. Le parti le plus sectaire c'est le Font national. Quand je parlais du sectarisme, à aucun moment je faisais la promotion d'un candidat FN. Je l'ai mal exprimé et je le regrette".

La rédaction