RMC

France – Islande: "Les Français sont plus spectateurs que supporters"

Les supporters des Bleus lors de France - Roumanie, au Stade de France, le 10 juin.

Les supporters des Bleus lors de France - Roumanie, au Stade de France, le 10 juin. - Philippe Lopez - AFP

L'équipe de France de football affronte l'Islande ce dimanche soir (21h) en quart de finale de l'Euro. Un match qui a lieu au Stade de France, où l'ambiance est rarement explosive. Mais pourquoi les supporters français sont-ils si calmes ?

L'équipe de France de football va avoir bien besoin de ses supporters pour éteindre le volcan islandais, ce dimanche soir, en quart de finale de l'Euro. Des supporters qui sont loin d'avoir marqué les esprits depuis le début de la compétition, contrairement à leurs homologues Irlandais, Gallois, Turcs ou même Islandais… Malgré la création d'un vrai club de supporters dédiés aux Bleus – les Irréductibles français – et la distribution de milliers de drapeaux tricolores, l'ambiance a du mal à atteindre des sommets. Comment expliquer cette "timidité" française en matière d'encouragements ?

"Les Français sont passifs"

RMC s'est rendue dans la fanzone du Champs-de-Mars, à Paris, pour tenter de comprendre ce mystère. Adrien, coq bleu-blanc-rouge sur la tête, l'a constaté lors des deux matchs des Bleus qu'il a vus à Paris et Lille : "les Français sont passifs". "Ce sont plus des spectateurs que des supporters. Les Irlandais, les Croates, les Turques, c'est la folie. Et nous, c'est mou, regrette-t-il. Les gens ne venant pas de loin, peut-être que ce ne sont pas les plus fervents qui sont là".

"On supporte notre pays, mais pas autant que si on était à l'étranger, avance Anaïs, qui travaille dans un des bars de la fanzone. Si l'Euro avait lieu à l'étranger on affirmerait plus notre appartenance à notre nation. On changerait les pneus nous aussi, sourit-elle", en référence à ce geste des supporters irlandais venus dépanner un couple de retraités, à Paris.

Des supporters blasés ?

"Ce qui est dommage, regrette de son côté Abou Bakr, c'est qu'on n'ait pas de chants comme les Irlandais. On n'a pas de chants, on a juste 'Allez les Bleus'". Allez, on peut rajouter la Marseillaise et le désormais classique "Qui ne saute pas n'est pas Français", mais c'est vrai que c'est un peu maigre (et encore a-t-on remisé au grenier le "Et 1, et 2, et 3-0" de la Coupe du Monde 1998). Pendant ce temps, les supporters Nord-Irlandais se voient décerner le titre officieux de chant le plus cool avec leur "Will Grigg's on fire".

Et si notre problème, c'était d'être un peu… blasés ? "L'Islande c'est magique pour eux d'être en quart de finale, alors que pour les Français, c'est normal, pointe Anaïs. C'est pour cela qu'on n'est pas si contents. Pour nous c'est logique qu'on soit en quart. Quand on gagnera l'Euro, là on verra les drapeaux", assure-t-elle. Les Islandais et leurs supporters ne l'entendent pas de cette oreille.

P. Gril avec Marie Dhumières