RMC

Hollande promet de prendre le train et de rendre des comptes

Francois Hollande à Laon. Le candidat socialiste s'est présenté mardi comme un possible président proche des Français

Francois Hollande à Laon. Le candidat socialiste s'est présenté mardi comme un possible président proche des Français - -

François Hollande s'est présenté mardi comme un possible président proche des Français, qu'il viendra voir en train et à qui il rendra des comptes lors de conférences de presse.

Le candidat socialiste à l'élection présidentielle a pris un train express régional (TER) au départ de Paris pour se rendre à Hirson, dans l'Aisne, où il devait visiter un équipementier automobile.

Il a dit son souhait d'utiliser ce mode de transport s'il entre à l'Elysée par souci « de proximité, et en même temps d'économie ».

« Oui je prendrai le train. Je n'ai pas besoin d'un train blindé, doublé par un autre train », a-t-il dit a la presse sur le quai de Laon.

« Il n'y a pas besoin d'un cortège, pas besoin de protection au-delà de ce qui est nécessaire », a-t-il ajouté par allusion aux mesures prises lors des déplacements présidentiels de son adversaire du second tour, Nicolas Sarkozy.

Francois Hollande tiendra mercredi après-midi à l'Union syndicale des chemins de fer à Paris une conférence de presse. Un exercice qu'il entend renouveler souvent s'il devient président.

« Tous les six mois si je suis élu chef de l'Etat, je rendrai compte de ma politique aux Français », a-t-il dit. « Les journalistes pourront poser les questions sur tous les sujets dans la plus grande liberté. Ça changera », a-t-il ajouté.

« Nicolas Sarkozy s'y était engagé, il ne l'a pas fait, une nouvelle fois », a-t-il ajouté.

François Hollande s'exprimait dans un département où la candidate du Front national, Marine Le Pen, a fait un très gros score au premier tour (26,3%).

Le candidat socialiste avait déclaré lundi qu'il fallait se mettre à l'écoute de tous les Français, y compris des électeurs du FN qui ont permis la percée de Marine Le Pen.

Dans Libération, mardi, François Hollande estime qu'il doit "convaincre" dans l'entre-deux-tours l'électorat du Front national, "dont une part vient de la gauche".

« C'est ma responsabilité de m'adresser tout de suite à ces électeurs qui n'adhèrent pas forcément aux idées du FN, l'obsession de l'immigration en particulier, mais qui expriment, avant tout, une colère sociale », dit-il.

REUTERS