RMC

Ils attaquaient des distributeurs automatiques à l'explosif: douze personnes interpellées dans l'Aisne

RMC
Le préjudice global estimés pour cette série de cambriolages est de 200.000 euros.

Douze personnes ont été interpellées mardi et neuf mises en examen dans le cadre du démantèlement, principalement dans l'Aisne, d'une équipe soupçonnée d'avoir attaqué des distributeurs automatiques à l'explosif et commis des cambriolages. 

Les mis en cause sont soupçonnés d'avoir mené quatre attaques de distributeurs automatiques de billets dans le Nord et le Pas-de-Calais, entre mars et juillet 2018, mais également d'avoir commis "une quinzaine de faits d'autre nature, notamment un important vol de fret et plusieurs cambriolages", pour un préjudice global de 200.000 euros, précise la gendarmerie dans un communiqué.

Concernant les attaques de distributeurs, "le mode opératoire utilisé par les malfaiteurs consistait à introduire un mélange gazeux dans le coffre (...) avant de provoquer son explosion au moyen d'un dispositif électrique". Deux faits commis à Beaumetz-Les-Loges (Pas-de-Calais) et Thiant (Nord) leur ont permis de dérober plus de 36.000 euros, tandis que deux autres attaques, à Burbure (Pas-de-Calais) et Gouzeaucourt (Nord), se sont "soldées par des échecs", détaille la gendarmerie.

Ces personnes ont été arrêtées au terme d'une longue enquête, lors d'une opération conjointe coordonnée par la section de recherches (SR) de la gendarmerie de Lille-Villeneuve d'Ascq, la direction interrégionale de la police judiciaire de Lille et l'office central de lutte contre la délinquance. 

Quelque "120 policiers et gendarmes" ont ainsi "investi simultanément" mardi plusieurs sites, situés à Saint-Quentin (Aisne), où a été interpellé le "noyau dur de l'équipe", selon le colonel Adrien Véron, commandant de la SR de Lille, mais également à Dijon (Bourgogne) et Trévoux (Ain).

A l'issue de leur garde à vue, neuf personnes ont été présentées à un juge d'instruction et mis en examen, notamment pour association de malfaiteurs et vols en bande organisée. Quatre d'entre eux ont été écroués et cinq ont été placés sous contrôle judiciaire.