RMC

Incendies en Ariège en plein hiver: "Il n'a pas plu depuis novembre"

Un pompier lutte contre les flammes, en Ariège (photo d'archives)

Un pompier lutte contre les flammes, en Ariège (photo d'archives) - AFP

Des incendies ont ravagé plus de 900 hectares ces derniers jours dans le département de l'Ariège, favorisés par une météo exceptionnellement clémente.

Des températures caniculaires une bonne partie de l'été, un mercure anormalement élevé tout au long de l'automne, passe encore. Mais des incendies de forêts fin décembre dans l'Ariège, un département plus habitué à la neige qu'aux flammes ! Décidément cette année 2015, la plus chaude de l'histoire, nous aura réservé les pires surprises en matière de climat.

"Pas d'hiver aussi doux depuis au moins deux décennies"

En l'espace de quelques jours, l'Ariège aura connu une trentaine de départs de feu, avec un total de plus de 900 hectares de végétation partis en fumée. 300 pompiers ont été sollicités depuis plus d'une semaine. Les sols sont secs en raison de l'absence de pluie et de neige. "Il n'a pas plu depuis novembre et la neige ne s'est maintenue qu'à 2 000 mètres d'altitude, ce qui facilite la propagation des feux qui ne s'arrêtent pas avant la neige", explique le commandant du Codis de l'Ariège, Christian Lukowicz, qui coordonne le travail des sapeurs-pompiers.

Et effectivement, il suffit de marcher sur les sentiers des sous-bois pour le constater. "Regardez le sol, le tapis de feuilles est très sec et le moindre feu se propage très rapidement", souligne le lieutenant Marc Séguier. "C'est exceptionnel. Il y a au moins deux décennies que l'on a pas eu d'hiver aussi doux, sans chutes de neige", se remémore Alain Mercier, menuisier près de Saint-Girons.

"Sans doute des pratiques d'écobuages mal maîtrisés"

Heureusement, pour l'instant, aucune habitation n'a été touchée par ces incendies, qui pourraient être dues à des écobuages, des incendies volontaires pour débroussailler des parcelles, ou détruire des déchets verts. "Ce sont des zones de montagne qui ont brûlé et les flammes n'ont menacé à ce jour aucun village ni intérêt économique, explique Marie Lajus, préfète de l’Ariège. Il n'y a eu aucun blessé parmi les occupants ou les pompiers. Mais nous sommes malgré tout préoccupés parce que ces départs de feu se reproduisent. Soit il s'agit de reprises de feu qui ont été éteints, soit il s'agit sans doute de pratique d'écobuages, c’est-à-dire de brûlage volontaire sans doute trop mal maîtrisés".

La pratique de l'écobuage a donc été interdite par la préfecture ce mardi, pour une durée de 48 heures. Et le colonel de gendarmerie Christian Dévy prévient, les gendarmes réprimeront les contrevenants. "On va être présents sur le terrain par des patrouilles sur l'ensemble du territoire propice à ce genre de pratique, de manière à interpeller le cas échant en flagrant délit les personnes qui s'y livreraient".