RMC

"J'ai testé pour vous": le parfum fait à partir... de déchets

Chaque matin, Djena Tsimba teste pour RMC et ses auditeurs une expérience insolite ou inattendue. Aujourd'hui, elle a testé un parfum fabriqué à partir de déchets!

Peut-on sentir bon... avec un parfum fabriqué à partir de fruits avariés ou de fleurs fanées? Djena Tsimba a testé pour RMC le premier parfum issu de déchets de l'industrie du parfum, "I am trash, les fleurs du déchet", de la maison de parfum française Etat Libre d'Orange.

Généralement, pour créer une essence, les parfumeurs se débarrassent d’un certain nombre de matières naturelles, après la première extraction. Or, l'idée du fondateur Etienne de Swardt est de récupérer les poubelles de Givaudan, un consortium de l'industrie du parfum qui fournit les matières premières, des déchets et autres résidus afin de faire "rejaillir le beau et le bon".Pour cela, la maison de fragrances va utiliser ces poubelles et les redistiller. 

Alors, concrètement ça sent quoi? Selon la marque, des senteurs de rose de pétales déjà distillées, de pomme - réalisée à partir de pépins et d'épluchures, de cèdre - dont les copeaux sont collectés auprès de l'industrie du meuble -, mais aussi des notes de fraises et d’oranges amères.

Et Djena de l'avouer: elle aime l’odeur qui ressemble aux parfums à la fois fruitée et boisé. En revanche, en plateau, certains membres de l'équipe de Bourdin Direct n'ont pas l'air aussi séduits...

La démarche est totalement dans l'air du temps de l’anti-gaspillage, plutôt rare dans le monde du luxe jusqu'à présent. 

Pour ce parfum mixte d'Etat Libre d'Orange, il faut compter 85€ les 50 ml.

Djena Tsimba et Xavier Allain