RMC

La pêche de rue devient tendance et attire les jeunes

Enquête RMC - 300.000 jeunes ont désormais leur carte de pêche. C'est 7% de plus en deux ans pour cette activité qui devient tendance chez les jeunes et notamment la pêche de rue, en pleine ville.

Ça mort pour la pêche française. Souvent caricaturé comme le plaisir de vieux pêcheurs assis sur sa petite caisse, avec un imperméable sur le dos, en attendant que ça morde, la pêche redevient tendance et de plus en plus de jeunes s’y mettent. En deux ans, les inscriptions à la fédération nationale de la pêche ont augmenté de 7% chez les moins de 18 ans. Ils sont désormais plus de 300.000 jeunes à avoir leur carte de pêche.

La nouvelle tendance, c’est le street-fishing: la pêche de rue qui se pratique en ville, à Paris, à Bordeaux, à Strasbourg. Là, pas de glacière, ni de papy: on arpente les quais et on relance son leurre très fréquemment pour tenter d’attirer les poissons. Charlie a 11 ans. Son prof de pêche, c'est Aurélien. Tous les deux, ils arpentent les bords du canal St-Martin à Paris, à la quête de poissons avec une technique active.

"C'est toujours les mêmes mouvements: lancer, ramener, lancer, ramener. Il faut tout le temps bouger de spot et on trouvera bien un (poisson)" explique le jeune élève.

Cette découverte de la pêche lui a permis aussi de mieux connaître les poissons! "Je connais le perche, le brochet, le perche soleil,…", détaille-t-il. De son côté, son professeur a lancé son club de pêche, Naturlish academy, il y a 7 ans. Un carton auprès des jeunes : "On a une quarantaine de petits pêcheurs, contre une dizaine il y a trois. Pour les enfants, ça a beaucoup de vertus: patience, observations, persévérance. Des qualités qui vont servir par toute la vie", explique-t-il.

L'importance des influenceurs pêche

Le street-fishing est devenu tendance notamment grâce à des influenceurs pêche, comme Constantin alias "Bar d'écume", un youtubeur pêcheur près de 140.000 abonnés sur YouTube.

Alors vous vous demandez peut-être ce qu'ils font de tous ces poissons? Durant le "street-fishing", on fait du catch and release, c'est-à-dire qu'on relâche les poissons après les avoir attrapés. A Paris c'est de toute façon interdit, par arrêté, de consommer les poissons qu'on pêche.

En tout cas cette hausse des adhérents est vraiment constatée depuis le Covid-19. Benoît Lefebvre, chargé de développement loisir pêche à la Fédération nationale de la pêche en France, explique que "les confinements ont joué" dans ce développement:

"(Les gent ont envie) de retourner dehors en plein air, d'avoir une activité assez mobile, avec des leurres de plus en plus sophistiqués. Puis c'est un loisir rapide: une canne à pêche, un sac à dos, une carte de pêche à moins de 20 euros." explique-t-il.

A noter que l'Union des pêcheurs de Paris organise ce dimanche l'Open de street-fishing en binôme de Paris.

Amandine Réaux et Martin Cadoret