RMC

Yvelines: un riverain se fait voler son portail, son voisin souhaite "bon courage" aux cambrioleurs

Les malfaiteurs ont emporté le portail qui fait pourtant 3,50 m de long (photo d'illustration).

Les malfaiteurs ont emporté le portail qui fait pourtant 3,50 m de long (photo d'illustration). - Mehdi Fedouach - AFP

Vendredi, un habitant d'Houilles (Yvelines) s'est fait voler son portail de 3.50 m de long au petit matin. Son voisin part au travail vers 5h45 et tombe nez à nez avec les voleurs, dont l'un est cagoulé. Pensant qu'il s'agissait de la police, il leur a même souhaité "bon courage". Si l'histoire peut faire sourire, le dénouement, beaucoup moins car l'assureur de la victime refuse de l'indemniser.

Ça n'est pas l'objet le plus discret à voler. Vendredi, vers 5h45, un habitant d'Houilles, dans les Yvelines, s'est fait dérober son portail, rapporte 78actu.

Quand il se réveille, Grégory P. n'en croit pas ses yeux. Il pense d'abord que son associé, avec qui il vit, a oublié de fermer le portail mais il n'en est rien: il a bel et bien été volé.

"Je n’ai rien entendu. C'est délirant", dit-il à nos confrères. Cet homme appelle la police pour porter plainte, il a d'ailleurs vu des marques de pas et de mains sur un muret. Durant leur vol de ce portail de 3,50m de long et 1,80m de haut, les cambrioleurs n'ont rien abîmé dans le jardin: ni les pots de fleurs, ni les arbustes qui entouraient le portail.

Les malfaiteurs confondus avec la Bac

Le samedi, les deux associés se rendent à un barbecue avec d'autres riverains et discutent du portail. Une voisine dit qu'elle est sortie à 5h et que le portail était toujours là. En revanche, un autre habitant donne des détails de ce vol: il était présent lorsque les malfaiteurs ont chargé le portail dans leur véhicule.

D'après Grégory P., son voisin a cru que c'était la Brigade anti-criminalité (Bac), car l'un des hommes portait une cagoule. Il leur a même souhaité "bon courage".

L'histoire aurait pu faire sourire, mais la décision de l'assureur de la victime n'a rien de drôle. L'indemnisation est refusée car son contrat ne couvre pas le vol de portails et de fenêtres, car ces objets ne sont pas considérés comme des bien mobiliers.

Un prix bien plus élevé 

Sa seule solution est de racheter un portail, sauf que les prix ne sont plus les mêmes. Celui qui l'avait payé 3.000 euros en 2017 devrait aujourd'hui débourser 6.000 euros.

AB