RMC

Antiterrorisme - Larrivé et Ciotti veulent s'inspirer d'Israël: "On a une préoccupation commune"

Guillaume Larrivé souhaite que la France s'inspire des méthodes de sécurité israéliennes contre le terrorisme.

Guillaume Larrivé souhaite que la France s'inspire des méthodes de sécurité israéliennes contre le terrorisme. - -

Le député LR Guillaume Larrivé, de retour d'Israël où il s'est rendu avec Eric Ciotti souhaite que la France s'inspire des mesures appliquées sur place pour lutter contre le terrorisme. Sur RMC jeudi, il a notamment insisté sur la rétention administrative.

Guillaume Larrivé et Eric Ciotti sont partis en Israël en quête de "solutions" contre le terrorisme. Pendant trois jours, les deux députés de droite ont rencontré des spécialistes de la sécurité et du renseignement. Confronté au terrorisme depuis de nombreuses années, le pays a selon Guillaume Larrivé, démontré ses capacités à protéger sa population.

"En 2002 en Israël il y a eu malheureusement 450 victimes du terrorisme, l'année dernière 30. C'est beaucoup trop mais c'est 15 fois mois. Je rappelle qu'en France nous avons eu 250 morts", signale le député Les Républicains sur RMC.

S'il se défend de vouloir faire "un copier-coller" de ce qui est appliqué en Israël il estime qu'avec la France les deux pays ont "une préoccupation commune".

Mobilisation des citoyens, centres de rétention administrative

Sur place, il explique avoir "vu un vrai service de renseignement unifié, extrêmement opérationnel avec beaucoup de moyens" tandis qu'en France les services de renseignements sont "dispersés". Guillaume Larrivé estime également que la "mobilisation citoyenne" en Israël contribue à lutter contre le terrorisme.

"Le fait que chaque israélien, les femmes et les hommes fassent un service militaire, il ne s'agit pas forcément de le reproduire tout de suite en France mais c'est intéressant de voir qu'il y a une mobilisation des volontaires qui sont totalement impliqués au service de la sécurité", remarque le député.

Enfin, il plaide pour que la France se penche sur la question de centres de rétention administrative, appliqué en Israël. "Quand un individu dangereux est dans un centre de rétention, il n'est pas dehors et donc ça protège", estime-t-il. Une idée déjà proposée par des élus de droite et qui a été l'objet d'une passe d'armes cette semaine entre Eric Ciotti et Jean-Jacques Urvoas. Le garde des Sceaux faisant remarquer que dans les centres de rétention administraives israéliens, "les informations justifiant la détention ne sont communiquées ni au détenu ni à son avocat".

La question de la motivation de la détention pour des individus qui ne sont pas passés à l'acte se pose également. "On a fait une proposition de loi qui est très précise, se défend Guillaume Larrivé. Un individu qui est dangereux qui est repéré, qui est connu, il y a un dossier sur lui avec des éléments très précis (...). Il est tout à fait envisageable en modifiant la loi d'y parvenir. Le droit, la règle juridique doit être utilisée pour renforcer la sécurité des Français."

C. B