RMC

En cavale, un gros trafiquant de drogue français arrêté en Belgique

-

- - -

INFORMATION RMC - Un trafiquant de drogue français en cavale a été arrêté mercredi en Belgique. Il avait été interpellé une première fois en mars 2017 au terme d'une course-poursuite épique avec le GIGN lors d'un "go-fast".

Recherché depuis 2019 par la justice française, un important trafiquant de drogue français a été interpellé sans incident mercredi soir par la police belge, à quelques kilomètres seulement de la France, a appris RMC d'une source proche du dossier.

Tout commence en mars 2017, et le début d’une enquête sur un groupe d’une dizaine de personnes qui irrigue la région de Reims en cannabis. Le 13 mars, la Section de recherches des gendarmes de Reims détecte un "go-fast" en approche de la ville et tente de l'intercepter par le biais du GIGN.

Mais au moment de l’interpellation, une fourgonnette prend la fuite. S’engage une course-poursuite "épique" sur l’autoroute lors de laquelle "plusieurs véhicules du GIGN sont détruits", raconte à RMC une source proche du dossier. Le "go-fast" est finalement intercepté et 324 kilos de résine de cannabis sont découverts à bord. Au volant, le fameux fugitif arrêté ce mercredi, un des principaux organisateurs du réseau, ancré dans des milieux criminels "au niveau national".

Absent à son procès

Interpellé, il est placé en détention provisoire, puis libéré sous contrôle judiciaire un peu avant son procès en première instance en janvier 2019. Mais il ne se présente pas au jugement où il est condamné à 7 ans de prison pour trafic de stupéfiants. Un mandat d’arrêt européen est émis à son encontre et la même peine est prononcée en appel en novembre 2019.

En janvier 2020, les policiers de la Brigade nationale de recherche des fugitifs (BNRF) sont sollicités par le parquet de Reims pour retrouver le suspect, né en 1985 et appartenant à la communauté des gens du voyage. Ils découvrent que celui-ci a transmis ses habitudes de vie clandestine à ses proches qui adoptent des modes de communications cryptés et développent des attitudes méfiantes voire "paranoïaques".

Les policiers pensent alors que le fugitif conserve des contacts avec ses proches et mettent alors en place un gros dispositif technique et physique de surveillance du cercle familial et de ses complices habituels.

Arrestation dans le calme

"On a eu une première opportunité fin juin lors d’une grosse opération à coté de Reims. On a cru pouvoir retrouver sa trace sans succès au sein d'un appartement dans lequel il était passé mais on l’a raté à quelques minutes près", confie à RMC la même source.

Après cet échec, les policiers découvrent que des retrouvailles familiales doivent être organisées dans un camping des Ardennes belges, le long de la Meuse à moins d’un kilomètre de la frontière française.

"On a sollicité la police judiciaire fédérale belge, ils l’ont interpellé mercredi soir peu avant 21h avec leurs unités spéciales, ça s'est bien passé contrairement à 2017. Il va être présenté à un magistrat belge qui va statuer sur une remise à la France prochainement", assure cette source.

Gwladys Laffitte (avec Guillaume Dussourt)