RMC

EN VIDÉO - Au moins 24 morts dans l'incendie d'un studio d'animation au Japon

La police soupçonne une origine criminelle.

Au moins 24 personnes ont péri jeudi au Japon dans l'incendie, vraisemblablement d'origine criminelle, qui a ravagé un studio d'animation.

Le bilan de ce sinistre survenu dans la ville de Kyoto risque de s'alourdir encore, des salariés étant toujours portés disparus, tandis que 35 autres personnes ont été transportées à l'hôpital, dont 10 grièvement atteintes.

Un total de 24 victimes ont été trouvées "en arrêt cardiaque", piégées au rez-de-chaussée, aux deux étages ou dans les escaliers menant au toit-terrasse du bâtiment de la société Kyoto Animation.

Le feu s'est apparemment déclenché aux alentours de 10h30 heure locale ans un immeuble de la compagnie Kyoto Animation, qui produit des séries d'animation télévisées à succès. Il était quasiment éteint trois heures plus tard, même si de la fumée blanche continuait de sortir de quelques fenêtres du bâtiment, selon des images de télévision.

Les services de secours, qui ont dépêché sur les lieux 35 camions de pompiers et d'autres véhicules, ont fait état de "nombreux blessés" parmi lesquels des personnes transportées à l'hôpital dans un état inconscient. 

"Il a dit vous allez mourir"

La police soupçonne une origine criminelle. "Un homme a versé un liquide inflammable (de l'essence, selon les médias) et a mis le feu", a indiqué un porte-parole de la préfecture de police de Kyoto. D'après des informations de presse, l'incendiaire présumé est un quadragénaire qui a lui aussi été blessé, et est hospitalisé sous surveillance policière.

"Il a dit vous allez mourir", selon un témoignage recueilli par la chaîne publique NHK. "Des témoins ont déclaré avoir entendu des détonations au premier étage de Kyoto Animation et avoir vu de la fumée", selon les pompiers. "J'ai entendu deux fortes explosions", a déclaré un homme à NHK. 

Kyoto Animation est une société qui produit des dessins animés, crée des personnages, conçoit et vend des produits dérivés de ses séries souvent tirées de manga, dont Munto, Lucky Star, la Mélancolie de Haruhi Suzumiya ou encore K-On!

La rédaction de RMC (avec AFP)