RMC

Guerre en Ukraine: pourquoi Emmanuel Macron ne veut pas utiliser le mot "génocide"

Pour Emmanuel Macron, ce n'est pas aux politiques de qualifier de génocide ou non l'invasion russe en Ukraine, comme l'ont fait Volodymyr Zelensky, le président ukrainien, et Joe Biden, le président des Etats-Unis.

La passe d'armes entre le président ukrainien et le président français continue. Ce jeudi, Emmanuel Macron a justifié son choix de ne pas qualifier de génocide l'invasion de l'Ukraine par la Russie. La veille, Volodymyr Zelensky le premier à évoquer un génocide sur son territoire, avait jugé "très blessant" ce choix, alors que le président américain a lui-même repris le terme.

"Le mot de génocide a un sens. Il doit être qualifié par des juristes, pas par des politiques", a lancé au micro de France Bleu Normandie Emmanuel Macron, en déplacement de campagne au Havre (Seine-Maritime).

"Les Etats qui considèrent que c'est un génocide se doivent, par les conventions internationales, d'intervenir. Est-ce que c'est ce que les gens souhaitent? Je ne crois pas, ce serait devenir cobelligérant. Il faut que tout le monde sache garder raison, ça n'est pas aider l'Ukraine que de rentrer dans l'escalade verbale sans en tirer toutes les conséquences", a ajouté le chef de l'Etat.

Emmanuel Macron a ajouté s'être entretenu dans la matinée avec Volodymyr Zelensky, précisant que les deux chefs d'Etat doivent échanger de nouveau ce jeudi dans la soirée.

Biden: "Oui, j'ai appelé ça un génocide"

Outre Emmanuel Macron, le chancelier allemand Olaf Scholz et le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres ont préféré ne pas reprendre ce terme. "Le génocide est strictement défini dans le droit international. Et à l'ONU, nous nous basons sur la détermination juridique des organes judiciaires appropriés", a assuré Antonio Guterres.

Mardi, le président américain Joe Biden avait accusé son homologue russe Vladimir Poutine de mener un "génocide" en Ukraine. Le mot était jusque-là employé par le président ukrainien Volodymyr Zelensky mais jamais par l'administration américaine. "Oui, j'ai appelé ça un génocide", avait réagi Joe Biden à des journalistes lors d'un déplacement dans l'Iowa, quelques heures après avoir évoqué ce terme lors d'un discours consacré à la lutte contre l'inflation.

Guillaume Dussourt avec AFP