RMC

Homosexuel, Archef est condamné à la prison en Tunisie: "Pour eux, je suis le diable!"

A travers le monde, 74 pays considèrent l'homosexualité comme un crime. Comme la Tunisie, qu'Archef, jeune homme de 22 ans exilé en France, a fui.

Il a quitté l'enfer tunisien et une famille qui voulait sa mort... Il a fui son pays, avant sa condamnation à 8 mois de prison. La seule faute d'Archef: avoir embrassé un autre homme dans la rue.

"C'était horrible. Quand ma famille a appris que j'étais homosexuel, ils m'ont frappé. Ils disent que je suis le diable. Ils ont une mentalité islamiste. Je ne peux pas vivre tranquille là-bas" confie-t-il sur RMC. 

77 personnes, comme Archef, ont été arrêtées depuis le début de l'année en Tunisie pour délit d'homosexualité. Le jeune homme de 22 ans a fait une demande d'asile auprès des autorités français.

"Ils condamnent le simple fait de s'aimer entre adultes consentants"

Russie, Chine, Tunisie... Aujourd'hui, 74 pays considèrent l'homosexualité comme un crime, dont huit condamnent les homosexuels à la peine de mort.

Pour en finir avec la discrimination des couples de même sexe, les violences qu'ils subissent, leur privation de liberté, de nombreux pays dont la France s'associent ce jeudi pour la Journée Internationale contre l'homophobie, la transphobie et la biphobie.

"Ils condamnent le simple fait de s'aimer entre adultes consentants. On arrête des personnes homosexuelles en permanence, on les persécute, on les tape, on les violente. On les met dans une insécurité totale" explique Alexandre Marcel, organisateur de cette journée internationale de lutte contre l'homophobie en France. 

Le 17 mai est d'ailleurs une date symbolique : l’homosexualité a été retirée de la liste des maladies mentales de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) le 17 mai 1990.

Pierre Rigo et X.A