RMC

Inculpé pour corruption, Benjamin Netanyahu dénonce un "coup d'Etat" contre lui

Pour "Bibi" Netanyahu, 70 ans, cette affaire est particulièrement sensible.

Comme un électrochoc. Après des mois de suspense, Benjamin Netanyahu est devenu jeudi soir le premier chef de gouvernement de l'histoire d'Israël à être inculpé pour corruption pendant son règne, le plus long pour un Premier ministre depuis la naissance de l'Etat hébreu.

Il a aussitôt dénoncé une tentative de "coup d'Etat", alors que s'ouvre un nouveau round de pourparlers crucial afin de doter Israël d'un gouvernement et que le pays semble dans une impasse politique depuis les élections de septembre. Des chefs d’accusations "inventés de toute pièce".

Cigares, champagnes rosé, voyage à l’étranger: l’actuel premier ministre est d’abord soupçonné d’avoir reçu des cadeaux luxueux. On lui reproche également de s’être assuré une couverture favorable dans le plus grand quotidien israélien. Enfin, il est accusé d’avoir modifié des lois et réglementations en vigueur au profit d’un grand groupe de télécommunications. Le tout, en échange - là aussi - d’une ligne éditoriale à son avantage. 

Pour le moment, Benjamin Netanyahu reste premier ministre, car, rien, légalement, ne le force a démissionner. Mais certains députés de gauche veulent saisir la cour suprême pour le déclarer inapte. Un obstacle supplémentaire, pour celui que l’on surnomme Bibi, qui voit s’éloigner, de plus en plus, la possibilité d’être à la tête d’un futur gouvernement

Elsa Laurent