RMC

Pourquoi la Chine autorise (finalement) les couples à avoir un troisième enfant

EXPLIQUEZ-NOUS - La Chine a décidé lundi d'autoriser les couples à avoir un troisième enfant. C’est la fin d’une politique de contrôle des naissances lancée, il y a plus de 40 ans.

L’annonce est historique. “Le bureau politique du Parti communiste, dirigé par le président Xi Jinping, a décidé qu’un couple est autorisé à avoir trois enfants,” a indiqué l’agence Chine Nouvelle.

La décision est prise pour lutter contre le vieillissement de la population. Elle sera accompagnée de mesures pour aider les familles: allongement du congé maternité, actuellement de trois mois, baisse des coûts de l'éducation, meilleurs accès aux soins pédiatriques.

Pour la Chine, c’est une révolution. Le pays avait instauré la politique de l’enfant unique en 1979. Trois ans après la mort de Mao, son successeur Deng Xiaoping voulait moderniser le pays et cela passait le contrôle de la démographie. Concrètement, les responsables locaux du Parti communiste étaient chargés de surveiller les couples et de lutter concrètement contre les deuxièmes grossesses. Cela passait par des amendes, mais surtout des avortements et des stérilisations forcés.

>> A LIRE AUSSI - La natalité a baissé de 13% en janvier par rapport à 2020

En 2005, un militant des droits de l’homme dans la région du Shandong a publié un grand nombre de témoignages. Je vous en livre un. Une femme qui avait déjà deux filles et qui était enceinte d’un troisième enfant. Elle prend la fuite de son village pour échapper aux autorités. 22 de ses proches sont alors arrêtés et emprisonnés pour la forcer à se rendre. Ce qu’elle fait. 

On l’oblige alors à avorter au septième mois puis à se faire stériliser. Ce n’est qu'après l'opération que sa famille est libérée après paiement d’une forte amende. Le militant qui a publié ce témoignage a lui été puni de quatre ans de prison.

C’était la politique nataliste la plus répressive du monde. Même s’il y avait des exceptions. On pouvait payer l’équivalent de cinq mois de salaire pour avoir le droit de faire un deuxième enfant. Il y avait plus de souplesse dans les campagnes qu’en ville. Les minorités tibétaines ou ouïghoures avaient aussi plus facilement le droit de faire un deuxième enfant. Contrairement à ce qu’on pouvait croire.

Cette politique a porté ses fruits...

Et finalement presque trop. La natalité a été divisée par deux en 38 ans. Objectif atteint. Si bien qu’en 2015, le deuxième enfant a été autorisé. Mais curieusement, les couples chinois ne se sont pas précipités. Au contraire depuis cinq ans, la natalité a continué de s’effondrer pour descendre à 10 naissances pour 1000 habitants, c’est un peu moins qu’en France.

D'où l'annonce de lundi et qui était attendue. On passe de deux à trois enfants autorisés. Mais pas plus, pas quatre ou cinq, il ne faut pas exagérer.

La Chine craint aujourd'hui le vieillissement de sa population. L'âge médian en Chine, aujourd’hui, est de 39 ans, un an de plus qu’aux Etats-Unis, deux ans de moins qu’en France. Autrement dit, la Chine, de ce point de vue là, fait désormais partie des pays développés qui ont des populations qui vieillissent. Aujourd’hui, la natalité est à son plus bas niveau depuis la création de la Chine populaire en 1949 et le nombre de personnes âgées est au plus haut. Il y a 264 millions de Chinois qui ont plus de 60 ans. Il va falloir retarder l'âge de départ à la retraite.

Une augmentation très ralentie

Et du coup, la Chine ne va pas rester longtemps le pays le plus peuplé du monde. Les Chinois sont aujourd’hui 1,411 milliard et la population n’augmente que de 0,5% par an. Alors que l’autre géant, l'Inde voit sa population augmenter deux fois plus vite. Les Indiens sont aujourd’hui 1,380 milliard et devraient dépasser les chinois au plus tard en 2025, peut être avant.

Et encore, c’est à condition de croire les chiffres chinois. Un démographe américain d’origine chinoise de l’université du Wisconsin vient de publier des travaux selon lesquels les autorités trichent. En réalité, la population chinoise aurait commencé à baisser il y a trois ans.

Ils ne seraient plus qu’1,280 milliard. 130 millions de moins que les données officielles. Bref, du point de vue chinois, il est temps de refaire des enfants.

Nicolas Poincaré