RMC

Présidentielle américaine: "Je me déciderai au dernier moment, dans le bureau de vote"

REPORTAGE - Les sept électeurs de Dixville Notch, dans les confins du nord-est des États-Unis, ont lancé symboliquement l'élection présidentielle en votant dans la nuit de lundi à mardi dans les montagnes des Appalaches. Mais, au moment de rentrer dans le bureau de vote, certains électeurs sont encore indécis.

C'est le jour J aux Etats-Unis. Ce mardi, les Américains se rendent aux urnes pour élire leur nouveau président. Mais, alors que les sondages sont assez serrés (Hillary Clinton est tout de même donnée gagnante, ndrl), certains électeurs ignorent encore pour qui ils vont voter. Ceux-ci pourraient bien être la clé de l'élection présidentielle. Avec la Floride et l'Ohio, la Pennsylvanie pourrait ainsi être le plus décisif de ce qu'on appelle "les swing states", où les électeurs indécis peuvent faire ou défaire l'élection.

Par exemple, dans les rues de Philadelphie, ils sont encore nombreux à se demander pour qui voter. C'est le cas de Robert, 62 ans: "Je me déciderai au dernier moment, une fois dans le bureau de vote. Je suis presque sûr de ne pas choisir Trump mais je pourrai très bien voter pour un petit candidat indépendant plutôt que pour Clinton. Mais ce serait gâcher mon vote"

"Les deux candidats sont impopulaires"

John a lui presque fait son choix mais pas par conviction. "Je déteste Hillary mais j’aime encore moins Trump. S'il gagne et qu'il a les codes nucléaires, c’est la troisième Guerre mondiale assurée !"

Ce rejet des deux principaux candidats n'est pas une surprise pour Olivier Piton avocat à New-York: "Nous faisons face à deux candidats clivant, qui sont des candidats qui ont mené de l'avis général une campagne 'trash'. Ils sont aussi impopulaires, les plus impopulaires depuis les années 60. Donc ils ne poussent pas à l'adhésion. On va voter contre, on ne va pas voter pour. C'est l'une des grandes différences avec ce qui s'était passé les années précédentes".

M.R avec Pierre Gallaccio