RMC

Qu'est-ce qu'une "bombe sale" qui, selon les Russes, pourrait être utilisée par les Ukrainiens ?

La Russie accuse l'Ukraine de mettre au point une "bombe sale". Une affirmation démentie par les Ukrainiens. Alors qu'est-ce qu'une "bombe sale", aussi appelée la bombe atomique du pauvre.

Les Russes accusent l’Ukraine de se préparer à utiliser une bombe sale. Les Ukrainiens démentent et affirment au contraire que c’est Moscou qui prépare une escalade. La “bombe sale”, c’est la bombe atomique du pauvre. Jusqu’à présent, on redoutait surtout qu’une organisation terroriste puisse l’utiliser. Concrètement, c'est un missile classique dans lequel on place quelques kilos de matériel radioactif comme du Césium ou du striatum.

A l'arrivée, cela ne provoque pas une énorme explosion comme la fission d’une bombe H qui détruit toute vie sur un large périmètre. Pas une énorme explosion donc, mais la bombe sale va créer un nuage de poussières radioactives dont les effets sont difficiles à mesurer. Des poussières qui vont contaminer l'atmosphère, les cultures, les cours d’eau et qui peuvent provoquer des cancers pendant des années. La bombe sale n’est donc pas une arme de destruction massive, mais une arme pour faire massivement peur. Pour terroriser les populations.

Les Russes prétendent que l’Ukraine dispose de cette arme. Et ils ne se sont pas contentés de le déclarer au détour d’un point de presse. Ils ont solennellement alerté les pays occidentaux. Dimanche, le ministre de la Défense russe Sergueï Choïgou a personnellement téléphoné à ses homologues Français, Anglais et Turcs pour les alerter de cette supposée menace ukrainienne. Ensuite, depuis Moscou, des détails supplémentaires ont été apportés.

Deux organisations ukrainiennes, que l’on ne connaît pas, auraient reçu des instructions pour fabriquer la bombe sale et cette arme serait actuellement dans sa phase finale de développement, c'est-à-dire presque prête. Et Moscou affirme qu’une telle bombe pourrait avoir des effets radioactifs sur un large territoire, et pourrait même atteindre la Pologne. C'est-à-dire un pays de l’Union européenne. Les Russes font clairement monter la pression et évoquent une menace maximale.

Une tentative d'escalade russe?

Que répondent les Ukrainiens ? Le président Ukrainien Volodymyr Zelinski explique que si la Russie affirme que l’Ukraine prépare un sale coup, c’est que c’est au contraire la Russie qui prépare tout cela.

Le scénario que les Ukrainiens craignent, c’est celui de l’utilisation d’une bombe sale par exemple sur la ville de Kherson ou les Russes sont en train d'évacuer toute la population. Les Russes attribueraient le tir aux Ukrainiens et pourraient ensuite, en représailles, répondre avec une arme nucléaire tactique de faible puissance. Une bombe nucléaire tiré sur la ville déserte de Kherson ou bien sur les forces militaires ukrainiennes qui s'apprête à la reprendre, ce qui serait une humiliation pour l'armée russe.

Du côté des occidentaux, l’affaire est prise très au sérieux, ils s'inquiètent de ces menaces. La France, le Royaume-Uni et les Etats-Unis ont publié lundi un communiqué commun pour dire que personne ne serait dupe si Moscou tentait de faire escalader le conflit en Ukraine. Tout cela est plus que préoccupant, même si les Américains lundi ont répété ce qu’ils disent régulièrement depuis plusieurs semaines. “Nous n'avons toujours aucune indication que les Russes aient pris la décision de faire usage d'armes nucléaires". C‘est bien le seul message positif.

Les Ukrainiens seraient-ils capables de fabriquer une sale bombe? À peu près, toutes les armées du monde sont capables de mettre des éléments radioactifs, ou chimiques ou biologiques dans un missile. Il suffirait comme le disent les Russes de récupérer par exemple des déchets radioactifs de la centrale de Tchernobyl pour fabriquer cette bombe.

En revanche, il faut le rappeler, les Ukrainiens ne disposent pas de la bombe atomique. À l’époque de l’URSS, des centaines d’Ogive étaient disposés sur leur territoire pointé vers l'Europe. Mais en 1994, à Budapest, les Russes, les Américains et les Britanniques ont signé un traité. Pour éviter la prolifération, la dispersion de ces armes atomiques, l'Ukraine acceptait de rendre à la Russie toutes ces bombes. En échange, la Russie et les Etats-Unis garantissaient à l’Ukraine que l’on ne toucherait jamais à son territoire. On connaît la suite. Les promesses n'engagent que ceux qui y croient.

Nicolas Poincaré