RMC

Sanctions contre la Russie: "L'Europe sera le dindon de la farce", assure un ex-diplomate russe

Pour l'ancien diplomate russe Vladimir Fédorovski, les sanctions en représailles à l'invasion de l'Ukraine contre la Russie, n'ont pour l'instant aucun effet sur l'économie russe et que l'Europe et l'Afrique sont en première ligne face aux conséquences économiques de ces sanctions.

La Russie commémore ce lundi 9 mai la capitulation de l'Allemagne nazie face aux alliés en 1945. C'est une date clé pour Vladimir Poutine qui a une signification encore plus particulière cette année, alors que la guerre en Ukraine fait rage. Pour l'occasion, plusieurs cérémonies militaires seront organisées en grande pompe à travers le pays.

Et à cette occasion, le président russe a prononcé un discours depuis la place Rouge, assurant que l'armée russe défendait "la patrie", avec l'invasion de l'Ukraine. "Vous vous battez pour la patrie, pour son futur, pour qu'il n'y ait plus de nazis, a-t-il lancé ce lundi.

"Le 9 mai est une journée particulière pour Vladimir Poutine. Il l'utilise pour la propagande", a estimé ce lundi sur RMC Vladimir Fédorovski, ancien diplomate ukrainien et désormais écrivain. "C’est un symbole de la rupture avec le monde occidental", a-t-il assuré.

"Le dindon de la farce sera l’Europe et l’Afrique"

"On n'a jamais été aussi proche de la Guerre mondiale", a-t-il ajouté, citant la communication autour du défilé et de la parade notamment avec le passage dans le ciel de Moscou de "l'avion de l'apocalypse", un Illiouchine-80, centre de commandement et insensible aux ondes électromagnétiques d'une explosion nucléaire.

Pourtant devant l'armée russe, Vladimir Poutine a appelé ce lundi à "tout faire" pour éviter "l'horreur d'une guerre globale". Si les combats restent localisés en Ukraine, c'est tout l'occident qui a pris part au conflit en prononçant des sanctions contre la Russie.

Des sanctions qui n'ont pas eu l'effet escompté assure Vladimir Fédorovski: "Les sanctions n'ont pas d'effet immédiat. Les sanctions seront sensibles dans 6 mois tout au plus. Mais pour l'instant, les Russes perdront 30 à 40% de leur pouvoir d’achat mais ils vont le supporter. Le dindon de la farce sera l’Europe et l’Afrique".

G.D.