RMC

Y-a-t-il un espion à la solde de la Corée du Nord au Sénat?

Un haut fonctionnaire du Sénat a été arrêté par les services de renseignement pour des soupçons d'espionnage au profit de la Corée du Nord.

Un cadre de la chambre haute du parlement a-t-il secrètement collaboré avec la Corée du Nord se rendant ainsi coupable d'espionnage? Benoit Quennedey a été interpellé dimanche soir et placé en garde à vue dans une enquête ouverte en mars par le parquet de Paris pour "recueil et livraison d'informations à une puissance étrangère susceptibles de porter atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation", a précisé une source judiciaire. Des faits passibles de 30 ans de réclusion criminelle.

Des liens étroits avec la Corée du Nord

En clair, Benoit Quennedey est soupçonné d'être un espion pour le compte de la Corée du Nord. Ancien diplômé de l'Ena, Benoit Quennedey est aujourd'hui un haut fonctionnaire du Sénat. Plus précisément, un des administrateurs de la direction de l'architecture, du patrimoine et des jardins. Mais l'homme a des liens étroits avec la Corée du Nord. Il y a voyagé à plusieurs reprises. Il a consacré plusieurs de ses travaux à cet Etat et préside l'association d'amitié franco-coréenne.

Interrogée par l'AFP, la présidence de la chambre haute du Parlement n'a pas fait souhaité faire de commentaires.

Marie Régnier (avec P.B.)