RMC

Le clitoris enfin représenté dans un manuel scolaire: "le plaisir féminin reste quelque chose de sous-traité"

-

- - AFP

Pour la première fois, un manuel scolaire représentant correctement le clitoris a été mis à la disposition des enseignants de collège. Selon Audrey Ducloux, professeure de SVT dans le 9e arrondissement de Lyon, la démarche va dans le bon sens, même s’il reste encore beaucoup de chemin à faire pour lever ce tabou: les sept autres manuels représentent mal voire pas du tout le clitoris.

Audrey Ducloux, enseignante en SVT dans le 9e arrondissement de Lyon. Membre du projet "SVT égalité" qui aide les professeurs à supprimer les discriminations que l’on peut retrouver de manière indirecte dans les cours de SVT, comme le racisme, le sexisme, l’homophobie, la transphobie, ou le traitement du handicap.

"Pour la première fois on a un manuel (celui des éditions Magnard, ndlr) qui a représenté correctement l’organe, et pas uniquement la partie en surface, ce qu’on appelle le gland du clitoris. Même si le schéma est simplifié, qu’il n’est pas légendé, il est représenté dans sa quasi-intégralité. Dans tous les autres manuels de SVT sortis cette année et qu’on a reçu dans les établissements scolaires depuis le mois dernier, on ne voit que le gland du clitoris. Il y a même un manuel qui ne l’a ni représenté, ni légendé.

"Sur les huit manuels scolaires, il y en a sept qui ne le représentent pas encore correctement"

Il y a deux façons de voir les choses. Soit on voit le côté très positif: pour une fois un manuel a franchi le cap et a représenté correctement le clitoris. Soit on voit le côté négatif: sur les huit manuels scolaires, il y en a sept qui ne le représentent pas encore correctement. Malgré le buzz autour du clitoris en 3D en septembre, malgré le fait que la structure interne du clitoris est connue et documentée depuis 1998.

Cela permet de montrer aux élèves à quoi ressemble un clitoris. La plupart des profs de SVT n’ont pas attendu que le clitoris soit légendé dans les manuels pour montrer à quoi il ressemble. Mais si tout le monde voit à quoi ressemble un pénis, personne ne sait à quoi ressemble un clitoris. J’en ai laissé un en 3D en salle des profs, j’ai eu des réactions assez diverses: certains l’ont trouvé incroyablement gros, d’autres incroyablement petit, d’autres se demandaient qui avait laissé traîner des os de poulet sur la table…

"Le plaisir féminin c’est quelque chose de sous-traité"

En 4e, certains élèves veulent savoir comment leur corps fonctionne. Les garçons comprennent très bien comment leur pénis peut leur procurer du plaisir. Mais le plaisir féminin c’est quelque chose de sous-traité. On a considéré que le plaisir féminin c’était quelque chose de cérébral. Que les femmes doivent être amoureuses pour avoir du plaisir. Alors que le plaisir féminin est tout aussi physique que le plaisir masculin.

Il y a eu un tabou sur le clitoris, qui a commencé à la fin du 19e siècle. Les premiers schémas complets du clitoris datent de la fin du 15e siècle. C’est Freud qui est à l’origine de ce tabou, en parlant de ‘plaisir clitoridien’. A partir de ce moment-là, il y a une invisibilisation du clitoris, à tel point qu’il a été retiré de certaines encyclopédies.

Donc ce n’est pas une révolution, c’est un premier pas. Et j’espère qu’il sera suivi par beaucoup d’autres, que les autres éditeurs vont essayer d’avancer malgré le tabou qui reste autour du clitoris. Avec les nouveaux programmes de septembre, c'est la première fois que le clitoris fait partie du programme. Cela devrait obliger les éditeurs et les professeurs à en parler. Et le mieux c’est quand même d’en parler correctement".

Propos recueillis par Antoine Maes