RMC

"Le Made in France peut très bien fonctionner"

Romans-sur-Isère

Romans-sur-Isère - Wikipedia

Selon un sondage Ifop, publié mercredi, 7 Français sur 10 sont prêts à payer plus cher pour des produits fabriqués dans l'Hexagone plutôt qu'à l'étranger. Mais le Made in France peut-il vraiment être une valeur ajoutée? Reportage dans la Drôme.

La capitale du Made in France pour aujourd'hui et demain, c'est Reims. La ville accueille les premières assises du Produire en France, une initiative de deux anciens ministres de bords différents : le socialiste Arnaud Montebourg, et l'UDI Yves Jégo, qui étaient les invités de Jean-Jacques Bourdin ce matin.

L'objectif est de promouvoir les entreprises qui fabriquent et qui créent des emplois dans le pays. Car le Made in France a le vent en poupe. Selon un sondage Ifop, publié hier, 7 Français sur 10 sont prêts à payer plus cher pour des produits fabriqués dans l'Hexagone plutôt qu'à l'étranger.

Les entreprises l'ont bien compris. Nombreuses sont celles qui décident de revenir pour faire du Made in France une valeur ajoutée.

C'est le cas dans la fabrication de chaussures haut de gamme, à Romans-sur-Isère dans la Drôme, un secteur sinistré depuis 10 ans avec la mondialisation et les délocalisations, mais qui renaît aujourd'hui, grâce notamment à de jeunes chefs d'entreprises, comme Priscille Demanchen. Cette dernière a repris avec son mari les anciens ateliers de Charles Jourdan, fabricant de chaussures haut de gamme.

"C'est ici que sont les savoir-faire"

Ils sont installés à Romans-sur-Isère (Drôme). Pour elle, impossible de produire une chaussure de qualité ailleurs qu'en France.

"C’est ici que sont les savoir-faire", plaide-t-elle. "Dans l’usine dans laquelle je travaillais avant, en Espagne, à chaque collection, j’étais obligé d’écarter trois à quatre modèles, car ils n’étaient pas capable de me les faire. Quand on cherche à faire produire des chaussures, on va là où les gens sont capables de le faire, et c’est à ici qu’on a trouvé des savoir-faire qui restaient en place. C’est aussi une revanche pour ces ouvriers-là, on est fier pour eux. Le Made in France, ça peut très bien fonctionner, à condition de revoir certaines choses."

La maire de Romans-sur-Isère, Marie-Helène Thoraval, ne tarit d’ailleurs pas d'éloges sur cette initiative.

"Qu’est-ce que le consommateur attend quand il achète du Made In France? C’est intimement lié avec la notion de qualité, de développement économique local. C’est une prise de conscience. Notre premier point d’attractivité à Romans-sur-Isère, c’est la maitrise du savoir-faire. Non seulement des entreprises reviennent, mais les entreprises existantes se développent."

Gwenaël Windrestin