RMC

Le Sambuc, le village qui a vaincu l'enfer des moustiques

Un moustique tigre.

Un moustique tigre. - AFP

Et si une solution avait enfin été trouvée pour éradiquer les moustiques qui pullulent l'été et gâchent la vie des touristes et des habitants. Un dispositif créé par deux entrepreneurs des Bouches-du-Rhône est actuellement testé dans un village de Camargue infesté de moustiques chaque été. Et ça a l'air de marcher.

Il n'aime rien tant que nous dévorer et venir distiller son bruit strident et stressant près de nos oreilles. Le moustique, c'est l'ennemi de nos nuits et des belles soirées d'été. S'il a coutume d'embêter les touristes, il gâche carrément la vie des habitants des communes où il pullule.

Deux entrepreneurs de Saint-Rémy-de-Provence, dans les Bouches-du-Rhône ont peut-être trouvé le moyen de s'en débarrasser à grande échelle. Ils ont en effet mis au point un système de bornes qui diffusent du dioxyde de carbone et des phéromones pour attirer les moustiques femelles. Ces dernières croient venir piquer un être humain, mais sont en fait aspirées dans la machine. Un système redoutablement efficace, fruit de trois années de travail.

"L'apéro, c'est dans le bar, et pas dehors"

Et pour tester ces dispositifs, quoi de mieux que la commune du Sambuc, dans les Bouches-du-Rhône, où s'est rendue RMC. Le village, situé en pleine Camargue, est le paradis des moustiques, un véritable enfer pour ses 530 habitants le soir venu. "On ne peut pas passer la soirée dans la cour, on ne peut pas sortir. L'apéro, c'est impossible dehors, c'est dans le bar, et puis c'est tout. Et les parties de boules, c'est pareil, c'est gâché", se désole Thierry, Camarguais pure souche.

"Ici, vous êtes dans le nid, et en plus dans le Parc naturel régional de Camargue, on ne peut pas utiliser n'importe quel produit", explique le maire Philippe Martinez.

"Pas d'impact sur l'écosystème"

Alors depuis deux semaines, onze bornes discrètes ont été installées ici pour attirer puis aspirer les moustiques. Un système que Pierre Bellagambi, un de ses créateurs, promet sans impact sur l’écosystème fragile de la Camargue. "La chaine alimentaire n'est pas du tout impactée par ce système-là. Il n'y a rien de chimique. Le dioxyde de carbone que nous employons, c'est l'équivalent de ce qu'un humain peut produire". Et d’après les habitants du Sambuc interrogés par RMC, le système aurait très nettement diminué la concentration de moustiques.

Philippe Gril avec Stéphane Burgatt