RMC

Les pyromanes ? Faisons leur nettoyer les forêts toute l'année !

La Corse, touchée par des incendies

La Corse, touchée par des incendies - Pascal Pochard-Casbianca / AFP

Quatre jeunes soupçonnés d'avoir déclenché des incendies dans le Gard ont été présentés devant le parquet de Nîmes, ce vendredi. L'un deux a notamment été écroué. Selon une ONG de protection de l'environnement, la prison ferme ne suffit pas.

Alors que la France traverse un été marqué par des dizaines d'incendies sur son territoire, quatre jeunes âgés de 16 à 25 ans ont été présentés devant le parquet de Nîmes, vendredi. Ils sont soupçonnés d'être à l'origine d'une vingtaine de départs de feu survenus dans le département du Gard depuis juillet, notamment à Roquemaure, Villeneuve-lès-Avignon et Pujaut.

Mardi, un jeune homme récidiviste a été condamné à 18 mois de prison ferme par le tribunal correctionnel de Nîmes, pour avoir lui aussi provoqué plusieurs départs de feu dans le département du Gard.

"Rajouter un service civique à la prison ferme"

Pour Emmanuel Gil, fondateur de l'Organisation mondiale pour la protection de l'environnement, une ONG située dans les Alpes-Maritimes, ces sanctions sont suffisantes sur le plan de la peine, mais elles doivent s'accompagner d'une sensibilisation plus importante:

"Les peines nous paraissent raisonnables. L'idée, c'est d'y rajouter une sorte de service civique qui aurait pour mission de nettoyer les forêts tout au long de l'année", propose Emmanuel Gil. "Cela donnerait une prise de conscience aux pyromanes. Ils se diraient qu'au-delà des forêts, il y a aussi des maisons et des êtres humains. Cette double peine pourrait leur permettre de rentrer dans la société dans de meilleures conditions", espère-t-il.

Les mineurs placés en foyer et un homme sous contrôle judiciaire

Parmi les quatre jeunes présentés devant la justice vendredi à Nîmes, deux mineurs ont échappé à de la prison ferme mais ont été placés en foyer avec un contrôle judiciaire très strict. Quant à leurs deux complices majeurs, le premier a été écroué et le second a été placé sous contrôle judiciaire avec une obligation de soins psychiatriques.

Depuis le mois de juin, plus de 7000 hectares sont déjà partis en fumée, notamment à Aix-en-Provence, Bormes-lès-Mimosas ou encore en Corse où des feux sont toujours actifs. L'été 2017 est d'ailleurs le pire depuis 14 ans et la canicule de 2003.

Arthur Blanquet