RMC

Les répercussions du Macronisme seront beaucoup plus cataclysmiques à droite qu'à gauche

OPINIONS - Emmanuel Macron a une nouvelle fois marqué son émancipation vis-à-vis du gouvernement. Lors d'une interview à la presse régionale publiée ce vendredi, le ministre de l'Economie a revendiqué sa liberté politique et se dit "loyal sur le plan personnel". La place de Macron au gouvernement est ce vendredi au cœur du débat entre Eric Brunet et Renaud Dély, sur RMC.

La "star" Emmanuel Macron serait-elle en train de s'émanciper? Porté par des sondages flatteurs, le ministre de l'Economie multiplie les initiatives médiatiques, alimentant les interrogations sur ses intentions pour 2017. Ce vendredi, dans une interview aux quotidiens régionaux du groupe Ebra, il a semblé plus que jamais enclin à jouer sa propre partition, appelant dès "maintenant" à une "recomposition de l'offre politique".

"J'ai une loyauté personnelle envers François Hollande. Je lui dois de m'avoir fait confiance et de m'avoir nommé au gouvernement. En même temps, lorsqu'un président nomme quelqu'un ministre, il le fait parce qu'il pense que c'est bon pour son pays, pas pour en faire son obligé", a-t-il déclaré. Dès lors, sur RMC, Renaud Dély, rédacteur en chef à L’Obs, et Eric Brunet se posent la question: Emmanuel Macron peut-il garder sa place au gouvernement? "Il y a un jeu de chat et de la souris entre lui et François Hollande", estime Eric Brunet.

"Macron aide Hollande à revenir dans la course"

"Macron incarne quelque chose et Hollande voit bien que le pouvoir est en train de lui filer entre les doigts et il aimerait bien incarner quelque chose avec Macron, ajoute-t-il. On l'a bien compris même si on ne sait pas trop comment se terminera cette affaire". "Ce que je trouve vraiment très intéressant, en revanche, c'est que le match se trouve en face. C'est à droite. Je suis en effet convaincu que les répercussions du Macronisme seront beaucoup plus cataclysmiques à droite qu'à gauche ", conclut-il.

"C'est bien pour cela qu'en réalité, Emmanuel Macron rend service à François Hollande, considère, pour sa part, Renaud Dély. C'est peut-être le psychanalyste de la gauche mais c'est la droite qui est sur le divan". "Cela ne vous rappelle pas Nicolas Sarkozy pendant cinq ans sous Jacques Chirac?", interroge encore le rédacteur chef à L'Obs. "Le président peut être agacé par l'attitude d'Emmanuel Macron mais sur le fond je ne pense pas qu'il y ait un véritable affrontement, une vraie rivalité entre les deux. Je pense, en revanche, qu'il y a un échange de service. Macron est un peu le lièvre de Hollande et il l'aide à revenir dans la course".

M.R avec Eric Brunet et Renaud Dély