RMC

Migrants disparus en mer: "Les passeurs auraient coulé le bateau"

Le Haut-Commissariat des Nations Unies évoque 118 000 migrants arrivés en Italie depuis le 1er janvier. Ici, des migrants récupérés par les secours au large de la Sicile, en septembre 2014.

Le Haut-Commissariat des Nations Unies évoque 118 000 migrants arrivés en Italie depuis le 1er janvier. Ici, des migrants récupérés par les secours au large de la Sicile, en septembre 2014. - DFF / AFP

Près de 500 migrants syriens, palestiniens, égyptiens et soudanais sont portés disparus après une collision au large de Malte. Leur embarcation aurait été coulée par des passeurs.

Cela pourrait bien être le naufrage le plus grave de ces dernières années en Méditerranée. Jusqu'à 500 migrants sont portés disparus après une collision au large de Malte. Des Syriens, Palestiniens, Egyptiens et Soudanais. Parmi ces personnes se trouvaient des familles avec enfants, ainsi que des mineurs isolés. Selon deux rescapés palestiniens, secourus en mer par un navire marchand, les passeurs auraient délibérément coulé l'embarcation après que les migrants se soient indignés des conditions de navigation.

"Les passeurs ont frappé le bateau avec le leur"

Sur RMC, Christiane Berthiaume, porte-parole de l'Organisation Internationale pour les Migrations à Genève, évoque des témoignages à charge contre les passeurs. "D’après deux Palestiniens venant de Gaza, leur bateau parti d’Egypte a été accosté par des passeurs sur un autre bateau, qui ont exigé que les migrants passent sur leur embarcation, pas faite pour tenir en mer. Après une discussion violente, Ils ont refusé, et les passeurs auraient frappé le bateau des clandestins avec le leur dans l’intention de le couler." Avec la conséquence dramatique que l'on sait.

1.200 morts depuis le début de l'année

Selon Christiane Berthiaume, les passeurs "entassent les gens comme des sardines, sans gilet de sauvetage, quasiment sans essence. On estime que 1.200 personnes mortes en mer sur ces bateaux de fortune depuis le début de l’année." 

Au cours du seul week-end dernier, la marine italienne a secouru quelque 2.380 personnes au large de ses côtes. Le Haut-Commissariat des Nations Unies évoque 118 000 migrants arrivés en Italie depuis le 1er janvier. "Les chiffres ont augmenté parce que le Proche-Orient est à feu et à sang, la Libye ne contrôle moins ses côtes. Il y a un énorme problème, la plupart fuient la violence, mais aussi la pauvreté. La migration est un phénomène de notre époque, et ça va continuer, il faut s'en occuper" conclut Christiane Berthiaume.

C.Béziau avec J.J. Bourdin et A. Rosique