RMC

Moi, Bernadette, 81 ans, "addict à Internet": "Je suis complètement accro"

Les seniors sont de plus en plus souvent sur Internet (illustration)

Les seniors sont de plus en plus souvent sur Internet (illustration) - AFP

TEMOIGNAGE - Selon un sondage TNS Sofres pour Cogedim Club publié la semaine dernière, les seniors sont de plus en plus connectés. Ainsi, selon cette enquête, 63% des 55 ans et plus utilisent internet dont plus d’un quart chez les plus de 75 ans. RMC a rencontré l'un de ces seniors hyper-connectés: Bernadette, 81 ans.

Le nez collé à son smartphone, Bernadette, 81 ans, marche dans la rue. Elle est addict à internet ! "Oui, oui je suis complètement accro, reconnaît-elle. Quand je n'en ai plus, je suis perdue". Smartphone, ordinateur portable et tablette, Bernadette est ultra-connectée. "Je viens de sortir de chez moi et juste avant j'ai regardé si je n'avais pas un message sur mon smartphone", confie-t-elle.

Et d'ajouter: "Je regarde régulièrement mes mails. Je suis aussi les informations, la tempête en Bretagne, en Normandie... Je vais sur mon smartphone à peu près toutes les heures pour voir la presse ou envoyer des mails". Mais ce n'est pas tout, "je joue aussi au solitaire et au Scrabble, même si je n'arrive pas trop à le dominer". Mais si Bernadette est autant connectée, c'est avant tout pour "se maintenir et garder le contact avec le monde entier."

"Des besoins simples"

Comme Bernadette, les seniors sont de plus en plus connectés. Ainsi selon une enquête TNS Sofres pour Cogedim Club publiée la semaine dernière 63% des 55 ans et plus utilisent internet dont plus d’un quart chez les plus de 75 ans. Une tendance constatée par Didier Chalaille, professeur en informatique pour senior. "Leurs besoins sont souvent très simples: se connecter sur Internet, consulter leurs mails, envoyer des pièces jointes", explique-t-il.

Mais, selon ses dires, les seniors n'ont pas une vraie appétence pour les réseaux sociaux: "Il y a un peu de demandes mais ce n'est pas quelque chose de tellement ancré dans leur mentalité. Ils ne sont pas très réseaux sociaux parce qu'ils pensent que c'est plutôt pour les jeunes. Cela leur paraît peut-être un peu plus futile que la base de l'informatique". "Je ne suis pas du tout pour, confirme Bernadette. Il y a une atteinte à la vie privée. On ne raconte pas ses problèmes personnels ou ses opinions sur Internet. Ça devient exagéré..."

M.R avec Romain Poisot