RMC

Nadine Morano: Manuel Valls sifflé, "j'ai trouvé ça compréhensible, vous voulez qu'on lui envoie des fleurs?"

Nadine Morano, candidate à la primaire Les Républicains, invitée des Grandes Gueules mardi, a dit comprendre les Français ayant sifflé Manuel Valls la veille, lors de la minute de silence à Nice. Après ce nouvel attentat qui a fait 84 morts, le gouvernement n'est pour elle pas à la hauteur.

Lundi sur la promenade des Anglais, Manuel Valls a été accueilli par les huées et les sifflets. Une clameur répétée après la minute de silence en hommage aux victimes de l'attentat de Nice qui traduit pour Nadine Morano la colère que peuvent ressentir les Français, de nouveau confrontés à une attaque terroriste.

"J'ai trouvé ça compréhensible, explique l'élue européenne (...). On peut quand on est Premier ministre de la France trouver ça choquant mais face à ces enfants qui sont morts écrasés par un camion, vous voulez quoi, qu'on lui envoie des fleurs?"

"Une union nationale de façade"

Au lendemain de l'attaque du 14 juillet, les élus de droite ont critiqué ouvertement le gouvernement, faisant voler en éclat l'union nationale. Une position qu'assume Nadine Morano.

"J'estime qu'on est dans une démocratie, que chacun a le droit de s'exprimer. Dès Charlie Hebdo, je m'inscrivais dans le deuil national parce qu'on est tous unis dans la peine et dans le chagrin, mais je ne m'inscris pas dans une union nationale avec des personnes au pouvoir contre lesquelles je combats la politique et les insuffisantes", estime-t-elle. 

Pour elle, cette "union nationale de façade" est surtout pour le gouvernement "une manière de museler et d'éviter de poser des questions". Nadine Morano considère comme Nicolas Sarkozy ou Alain Juppé que le gouvernement a une part de responsabilité dans l'attentat de Nice. Dimanche, le président du parti Les Républicains estimait que "tout ce qui aurait dû être fait depuis dix-huit mois ne l'a pas été".

"La religion musulmane est instrumentalisée"

Pourtant, selon les premiers éléments de l'enquête, l'auteur de l'attentat Mohamed Lahouaiej Bouhlel n'était pas fiché S et se serait radicalisé rapidement et récemment. Mais pour Nadine Morano, le gouvernement est tout de même en cause.

"On savait que le mode opératoire du camion dans une foule était déjà identifié, on a besoin de beaucoup plus sécuriser et je pense qu'on a baissé la garde après l'Euro. Et on sait où recrute Daesh. Il recrute chez les petits délinquants, chez les petites frappes. Ca démontre à chacun d'entre nous à quel point la religion musulmane est instrumentalisée pour détruire nos démocraties", juge la député européenne.

Pour elle, Mohamed Lahouaiej Bouhlel, de nationalité tunisienne aurait dû être expulsé lors de sa condamnation pour violence en mars dernier à six mois de prison avec sursis. 

Interpellée par la Grande Gueule Françoise Degois, Nadine Morano est accusée de participer "au concert des y'a qu'à, faut qu'on". Une critique dont se défend l'ancienne ministre, avançant des propositions. Elle suggère notamment de ne plus permettre l'ouverture de nouvelles mosquées, de durcir la loi sur le port du voile intégral ou encore de définir des quotas d'immigration tenant compte de leur provenance. 

C. B avec les Grandes Gueules