RMC

Nicolas Hulot dit n'avoir pas encore pris sa décision pour 2012

L'animateur de télévision Nicolas Hulot n'a pas encore pris sa décision d'entrer ou non dans la course à la candidature écologiste pour l'élection présidentielle de 2012 en France. C'est ce qu'il affirme dans un courriel envoyé lundi aux quelque 400.000 s

L'animateur de télévision Nicolas Hulot n'a pas encore pris sa décision d'entrer ou non dans la course à la candidature écologiste pour l'élection présidentielle de 2012 en France. C'est ce qu'il affirme dans un courriel envoyé lundi aux quelque 400.000 s - -

PARIS (Reuters) - L'animateur de télévision Nicolas Hulot n'a pas encore pris sa décision d'entrer ou non dans la course à la candidature...

PARIS (Reuters) - L'animateur de télévision Nicolas Hulot n'a pas encore pris sa décision d'entrer ou non dans la course à la candidature écologiste pour l'élection présidentielle de 2012 en France.

C'est ce qu'il affirme dans un courriel envoyé lundi aux quelque 400.000 sympathisants de sa Fondation.

"Une des options pourrait effectivement être de porter (mes) propositions directement devant les Français, au moment de l'élection présidentielle", écrit-il.

"Sachez cependant que ma décision n'est pas encore prise. Je me suis fixé jusqu'au mois d'avril pour évaluer comment je pourrais être le plus utile", ajoute l'animateur de l'émission "Ushuaïa".

S'il décidait de se présenter, Nicolas Hulot se retrouverait face à la députée européenne Eva Joly, prétendante à la candidature écologiste à la présidentielle pour Europe Ecologie-Les Verts.

"Dans l'hypothèse où je me présenterais, je peux vous assurer que toutes les précautions seraient prises pour respecter l'indépendance de la Fondation, qui est, et doit rester, totalement apolitique", précise-t-il dans son courrier.

Selon un sondage LH2 pour Le Nouvel Observateur diffusé la semaine dernière, 35% des Français préfèrent Nicolas Hulot à Eva Joly (16%) pour représenter le camp écologiste à l'élection présidentielle.

Toutefois, 43% des personnes interrogées ne choisissent ni l'un, ni l'autre, signe qu'aucune des deux figures ne s'est pleinement imposée dans l'opinion.

Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse

REUTERS