RMC

Nouveaux cas de cancer liés à des prothèses mammaires: "C'est l'angoisse"

Vers un nouveau scandale de prothèses mammaires?

Vers un nouveau scandale de prothèses mammaires? - AFP

Des cas de cancers rares ont été dépistés en France chez des femmes porteuses d'implants mammaires. Une information qui inquiète trois ans après le scandale PIP.

Nouveau scandale de prothèses mammaires? Après les prothèses PIP, l'Institut national du cancer révèle une nouvelle maladie liée aux implants mammaires : le lymphome anaplastique à grandes cellules. Selon des informations du Parisien, les autorités sanitaires françaises ont répertorié 18 cas (sur 400 000) de Françaises qui portent des prothèses mammaires. Sur ces 18 cas, il y a même un cas mortel. Après cette découverte, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, a déclaré hier "qu'il n'est pas recommandé aux femmes porteuses de prothèses mammaires de se les faire retirer".

Mais malgré les déclarations de la ministre de la Santé, les femmes porteuses d'implants sont inquiètes. C'est le cas d'Emmanuelle qui s'est fait poser des implants mammaires il y a cinq ans. Victime de l'affaire PIP, elle a déjà changé une fois d'implants. Et aujourd'hui, elle est loin d'être rassurée comme elle l'indique à RMC: "C'est l'angoisse. C'est de se dire vite il faut aller voir si on n'est pas concernée. On est trop dans l'angoisse, dans le stress, à se demander ce qu'il va advenir de nous. On a quand même des enfants, une vie…"

"On n'est pas assez informé"

Elle ajoute: "Tous les ans, je fais des examens. Dès que j'ai une petite douleur, je vais voir mon médecin. Bien évidemment, je fais un petit peu plus attention". C'est pourquoi Emmanuelle réclame plus de contrôles. "Là on parle d'une marque qui vient des Etats-Unis, mais pourquoi n'y a-t-il pas plus de contrôles sur tout ce qui est implanté en France ?". Et d'affirmer: "On n'est pas assez informé à la base".

Toutefois avec 18 cas sur 400 000 femmes concernées, il n'y a pas de quoi paniquer selon Bruno Alfrandri président du syndicat des chirurgiens plasticiens. "Cela n'a rien d'un nouveau scandale. Il ne faut pas inquiéter nos patientes". Avant de recommander tout de même: "Tout implant doit être suivi et demande un contrôle régulier chez le médecin". A noter enfin, qu'une lettre d'informations et de mise en garde sera envoyée à tous les professionnels de santé.

A lire aussi - Prothèses mammaires: êtes-vous inquiets face à la multiplication des cas de cancers?

Maxime Ricard avec Pauline Baduel