RMC

Panama Papers: Jeter en pâture comme cela des noms, c'est aller un peu vite

Le Panama dans l’œil du cyclone

Le Panama dans l’œil du cyclone - Inti Ocon / AFP

Ce jeudi dans Bourdin Direct sur RMC, Pascal, un fidèle auditeur, a tenu à rétablir certaines vérités à propos des "Panama Papers". Lui-même dirigeant d'une société légale au Panama, il assure notamment que "ceux qui viennent au Panama pour des raisons illégales sont une faible proportion".

Des dirigeants politiques, des célébrités de premier plan et des dizaines de milliardaires figurent parmi les personnalités mentionnées dans ce qui semble être la plus grande fuite de documents de l'histoire. L'enquête planétaire, effectuée par plus d'une centaine de journaux et qui porte sur une période de quelque 40 années, révèle comment certaines des personnalités les plus puissantes du monde ont pu dissimuler leur argent dans des paradis fiscaux. Mais ces "Panama Papers" et leur cortège de révélations embarrassantes ont créé un certain fantasme autour du Panama que Pascal, auditeur de RMC, entend bien démonter.

"Pas si simple de créer une société"

Cet habitant du Gard a fondé, il y a un an, une société légale qui organise des séjours sportifs au Panama. "J'ai la même chose en France et j'ai monté une structure au Panama car c'est un marché en pleine expansion, explique-t-il ce vendredi dans Bourdin Direct. Il n'y a rien du tout d'offshore là-dedans". Et c'est bien la raison de son appel au 32 16: "Je suis allé au Panama pour des raisons économiques de développement et j'ai trouvé un pays où il est difficile, en tout cas pas si simple que l'on peut le penser, de créer une société".

"Tout ce que l'on entend ces derniers jours disant que l'on peut en créer une en une journée, c'est totalement faux, assure encore Pascal. Quand j'ai fondé ma société sur place, on m'a demandé mon numéro fiscal en France. Je pense donc qu'il existe des échanges entre la France et le Panama. Tout a été fait dans les règles de l'art. cela a duré longtemps, il y a eu beaucoup de contrôles. Rien d'illégal donc, tout a été très transparent".

"Le Panama est un pays totalement libertaire"

Ce que Pascal regrette, "c'est que ces derniers jours, quand on parle du Panama, il y a des sourires aux lèvres, des remarques… ". Et d'estimer que "ceux qui viennent au Panama pour des raisons illégales sont une faible proportion. Je ne remets pas en cause l'ensemble du travail des journalistes mais jeter en pâture comme cela des noms, alors que certainement sur cette liste des gens ont une activité parfaitement légale, c'est aller un peu vite".

S'il reconnait "ne pas payer d'impôts, ni de charges sociales" sur sa société, "ou alors très peu", il explique aussi qu'"il n'y a aucune aide. Le Panama est un pays totalement libertaire: vous gagnez de l'argent, vous en avez mais si vous n'en gagnez pas, vous êtes dans la rue et vous ne pouvez pas vous soigner. Il y a une inégalité certaine mais les gens sont heureux et il n'y a pas de chômage. S'il n'y a pas de solidarité étatique, il y a une solidarité du peuple."