RMC

Pas de vente d'alcool autour du Vieux-Port: "une demi-mesure"

-

- - AFP

Match à haut risque ce mardi à 18h à Marseille entre l'Ukraine et la Pologne. Depuis ce lundi la vente d'alcool est interdite dans un large périmètre autour du Vieux-Port. Mais certains devraient trouver le moyen de la contourner.

Pas d'alcool sur le Vieux-Port. C'est l'interdiction qui a été émise en vue du match Ukraine-Pologne, ce mardi à 18h. 11 jours après les affrontements en marge d'Angleterre-Russie, ce match est considéré à haut risque par l'UEFA. 15.000 supporters polonais sont attendus dont 200 déjà repérés comme hooligans, face à 8.000 Ukrainiens.

Mais l'interdiction de vente d'alcool, qui devait commencer ce lundi, n'est pas vraiment appliqué à la lettre. Sabrina tient une supérette dans la zone d'interdiction, mais elle affirme ne pas avoir été informée de cette interdiction: "Personne n'est venu me voir. Je ne sais pas si je suis dans le périmètre donc j'attends qu'on vienne me voir et donc je me permets de vendre de l'alcool. Comment je fais pour interdire l'alcool aux gens?"

"Les autorités doivent faire respecter la loi"

A l'inverse, Thierry, gérant de supérette, se tient à l'interdiction mais si elle lui a fait perdre 10.000 euros de chiffre d'affaire. "Chacun fait ce qu'il veut mais moi je reste dans la légalité. Les autorités doivent faire respecter la loi, ils nous l'ont promis. Ils ont dit qu'ils feraient des vérifications régulières", assure-t-il.

Mais pour Jean-Marc qui vit dans le quartier du Vieux-Port, la mesure même appliquée à la lettre va vite montrer ses limites: "La façon dont les zones ont été faites est un peu ridicule parce qu'il suffit d'aller à moins de 100 mètres et on peut en trouver. La limite s'arrête au milieu de la Cannebière donc dès qu'on est au-dessus on peut acheter de l'alcool. C'est de la demi-mesure".

Et d'ailleurs certains ont déjà trouvé la combine, comme Sergueï qui compte bien vendre des canettes de bière versées dans des grands gobelets en plastique, malgré l'intensification des contrôles de police.

P.B. avec Lionel Dian