RMC

Alvan & Ahez, Ukraine,... l'Eurovision 2022 au crible

L'Eurovision a lieu ce samedi à Turin (Italie). Qui va succéder au groupe de rock italien Maneskin, vainqueur l'an dernier devant la Française Barbara Pravi. La France est représentée par le groupe breton Alvan & Ahez, qui chante dans leur langue régionale et fait face à un concurrent de poids: l'Ukraine. RMC fait le point sur les favoris

Ce samedi, l'Europe connaîtra le successeur du groupe italien Maneskin, vainqueur l'an dernier à Rotterdam du concours Eurovision de la chanson. C’est le groupe Breton "Alvan et Ahez" qui représentera la France avec un titre électro-breton, un peu sombre appelé Fulenn.

Invités ce samedi de la Matinale Week-End de RMC, ils racontent comme ce groupe s'est formé. "Je faisais mes petites bidouilles sur mon ordi, et je voulais faire un titre avec des voix ethniques de chez moi, des voix bretonnes. Avec les voix de ma grand-mère et de ma mère, ça ne marchait pas. Et un soir, je pars en soirée, à Rennes, on va dans un bar, et là je rencontre Marine", raconte Alexis alias Alvan.

Une chanson féministe en breton

Cette chanson part d'une légende bretonne, celle de Katell Gollet. Une jeune fille habitant près de Landerneau et qui ne vivait pour la fête et la danse: "C'est une femme qui se libère des regards médisants et transforme les énergies négatives en quelque chose de positif", explique Marine, chanteuse du groupe Ahez. Une chanson féministe en breton. Une fierté pour le groupe:

"Ce n'est pas anodin pour nous, c'est notre langue de cœur. C'est une langue qui a été interdite, parlée par 5% de la population bretonne. On veut faire reconnaître, mettre en valeur la diversité linguistique et culturelle de la France", explique Marine.

Une chanson en breton à l'Eurovision, ce n'est pas une première. En 1996, le groupe Dan Ar Braz représente la France au concours de chanson avec la chanson Diwanit bugale ("Que naissent les enfants" en breton) et termine 19e avec 18 petits points.

Une longue attente pour la France

Depuis quelques années, la France retrouve des raisons d'espérer. La sixième place d'Amir, en 2016, avec son tube J'ai cherché a relancé l'intérêt du concours en France. L'an dernier, la France y a longtemps cru. Longtemps placée en tête des favoris, Barbara Pravi a finalement terminée deuxième du concours derrière l'Italie avec un record à la clé: 499 points. Jamais un candidat français n'avait autant récolté de points sur un concours.

C'est aussi la meilleure performance depuis la deuxième place d'Amina en 1991 avec C'est le dernier qui a parlé qui a raison. La candidate française avait terminé première ex-aequo mais a été classée deuxième au nombre de "12" puis de "10" points, provoquant la colère du commentateur de l'époque, Léon Zitrone.

Depuis sept ans, la France et son diffuseur, France Télévisions, reprennent au sérieux ce concours qui a retrouvé de belles audiences et des chances de victoires pour les couleurs bleu-blanc-rouge. Mais pour retrouver une dernière victoire française, il faut remonter à très loin. Nous sommes en 1977, Londres, centre de conférences de Wembley. Une jeune femme s'avance sur la scène. Elle chante le mythique L'Oiseau et l'Enfant. C'est Marie Myriam.

La France a gagné le concours à cinq reprises depuis sa création en 1956. avec Marie Myriam donc en 1977, André Claveau avec Dors, mon amour en 1958, Jacqueline Boyer et son Tom Pilibi en 1960, Isabelle Aubret avec Un premier amour en 1962 et Frida Boccara avec Un jour, un enfant. A noter que France Gall a bien gagné l'Eurovision, mais pour le Luxembourg, en 1965 avec Poupée de cire, poupée de son.

L'Ukraine en tête des bookmakers

Est-ce qu'Alvan et Ahez briseront cette malédiction? Comme chaque année, les bookmakers se penchent sur l'Eurovision. Selon les pronostics, c’est l’Ukraine qui aurait 49% de chances de gagner, représentée par le groupe de rap Kalush Orchestra.

En deuxième position, on retrouve le Royaume-Uni, puis l’Italie, qui déjà gagné l’année dernière avec le groupe de rock Maneskin. La chanson Brividi de Mahmood, qui a déjà représenté l'Italie à l'Eurovision en 2019, et Blanco a 13% de chances de gagner selon les bookmakers. Elle compte aussi déjà plus de 55 millions de vues sur YouTube. La France, elle, se place 12e dans les pronostics, ce qui voudrait dire qu’elle n’aurait qu’1% de chance de gagner.

Kalush Orchestra ne devait pas participer à l’Eurovision à la base. La candidate initiale Alina Pash avait été contrainte de se retirer. Elle avait été accusée d’avoir voyagé en Crimée en passant par la Russie en 2015. Depuis deux ans, en effet, l’Ukraine interdit que ses candidats aient voyagé sur ce territoire ukrainien annexé par la Russie en 2014.

Une édition politique

Plus que jamais, cette édition de l'Eurovision est une édition politique, évidemment à cause de la guerre en Ukraine. La Russie, elle, a été exclue du concours cette année. Plus globalement, l’Eurovision est devenu une véritable arme de communication politique. Lorsqu’en 2016 par exemple, une liste noire de drapeaux interdits à l’Eurovision avait été publiée par erreur: on y avait notamment ceux des Basques et des Ecossais près de celui de l’Etat Islamique.

On se souvient aussi de Conchita Wurst, drag queen autrichienne aux longs cheveux noir et à la voix d'or, qui avait remporté l’édition de 2014 avec sa chanson Rise like a Phoenix ou de Dana International, première trans à remporter le concours en 1998 avec la chanson Diva.

Si vous souhaitez regarder le concours, vous pouvez vous brancher sur France 2 à partir de 21h, avec Laurence Bocolini et Stéphane Bern qui commenteront la cérémonie en France. Sur place, à Turin, on retrouvera deux artistes seront à la présentation, la chanteuse italienne Laura Pausini, considérée par les italiens comme la chanteuse internatioanle italienne par excellence, mais aussi le chanteur Mika notamment pour la partie francophone de la présentation. 180 millions de téléspectateurs sont attendus devant leur télé à travers le monde.

Maxime Martinez et Angèle Chatelier