RMC

Plan de redressement ouvert à Auchan: "Plein d'interrogations, de la déception, de la colère", pour les salariés

Auchan France va ouvrir le premier volet de son plan de "redressement" lancé en mars, qui passe par la cession de 21 sites et concerne potentiellement entre 700 et 800 salariés.

Auchan France, confronté de son propre aveu à une situation économique "très difficile", a annoncé mardi qu'il ouvrait le premier volet de son plan de "redressement" lancé en mars, qui passe par la cession de 21 sites et concerne potentiellement entre 700 et 800 salariés. L'annonce a été faite aux partenaires sociaux réunis en comité central d'entreprise (CCE) à Marcq-en-Baroeul (Nord).

Dans le cas où certains de ces sites ne seraient pas repris, ils seraient donc fermés, la direction s'engageant alors à "accompagner tous les collaborateurs concernés", via l'ouverture et la négociation d'un PSE avec les partenaires sociaux.

Selon un courrier de la direction adressé aux partenaires sociaux, le plan de cession concerne dans le détail 265 collaborateurs de 13 supermarchés, 89 de 4 chrono drive, 150 des Halles d'Auchan de Meaux et Bobigny, 188 de l'hypermarché de Villetaneuse et 31 dans le centre de préparation Auchandirect de Marseille.

"Il faut des indemnités de départ honorables"

De leur côté, les syndicats demandant au groupe de préserver un maximum de salariés: "Plein d'interrogations, de la déception, de la colère. Beaucoup de salariés sont des salariés anciens, il n'y a pas un gros turnover chez Auchan, il y aura certainement des reprises. Si on cède le magasin avec les salariés, il y aura quand même des incertitudes. Notre combat est clair, là où il y aura des salariés qui ne pourront pas être reclassés, il faudra se donner les moyens, à travers la vision du groupe, pour qu'ils aient des indemnités de départ honorables par rapport à la contrainte qu'ils subissent", a expliqué Guy Laplatine, délégué CFDT chez Auchan.

Auchan fait partie du groupe Mulliez qui rassemble des dizaines d’enseignes comme Leroy Merlin, Kiabi, Flunch, Saint-Maclou, Cultura. La CFDT demande à ce que les salariés soient reclassés dans ces magasins.

Début mars, la maison mère du groupe français, Auchan Holding, avait annoncé avoir perdu 1,145 milliard d'euros en 2018. Rien qu'en France, le distributeur a accusé des revenus en baisse de 1,3% et un excédent brut d'exploitation (Ebitda) en chute de 44,1%.

Laura Taouchanov avec Paulina Benavente