RMC

Plus de 200 festivals supprimés partout en France

Plus de 200 festivals ont dû supprimés partout en France, en raison de la baisse des dotations de l'État. (Photo d'illustration)

Plus de 200 festivals ont dû supprimés partout en France, en raison de la baisse des dotations de l'État. (Photo d'illustration) - Lionel Bonaventure - AFP

Face à la baisse des dotations de l'État, les collectivités locales sont nombreuses à tailler dans leur budget culture. 200 festivals ont ainsi dû être annulés cette année à travers tout le pays.

C'est l'autre conséquence de la baisse des dotations de l'État aux collectivités locales. Beaucoup de festivals, d'événements culturels, d'associations ou de théâtres en France sont purement et simplement supprimés cette année. Faute de moyens financiers, plus de 200 festivals seraient supprimés partout en France.

C'est le cas à Villefranche-sur-Saône. La municipalité a décidé d'annuler la 10e édition du festival "Un été côté Saône", qui aurait dû avoir lieu au mois de juillet. "Ce n'est jamais de gaité de cœur que l'on supprime quelque chose que l'on a créé", assure sur RMC Bernard Perrut, le maire de la ville. Mais selon lui, il était impossible de financer le festival : "L'État donne un coup de bâton – 900.000 euros de moins en 2015, et ce festival coûtait 230.000 euros".

"Il faut faire des économies partout"

25.000 spectateurs sur six jours fréquentaient ce festival gratuit. Pour son directeur de production, Jean-Philippe Corlin, toutes les solutions n'ont pas été étudiées pour le maintenir. "Il y a une communauté de communes, on est dans une région importante 'Rhône-Alpes), il y a des partenaires privés… C'est ça qui n'a pas été bien gérée pour faire perdurer ce festival", regrette-t-il.
Les habitants, eux, sont plutôt partagés sur cette annulation. "Il faut faire des économies partout et il faut bien commencer quelque part. Si c'est la culture, c'est la culture…", déclare une habitante. "C'est dommage de commencer par la culture. On en a besoin, c'est important pour nous", se désole un autre.

Même les gros festivals sont touchés par la baisse des dotations, comme le Festival d'Avignon, qui a réduit de deux jours sa programmation.

Philippe Gril avec Gwenaël Windrestin