RMC

Agression d’Yvan Colonna: le parquet antiterroriste se saisit de l’enquête

Au lendemain de l’agression d’Yvan Colonna dans la prison d’Arles, le parquet national antiterroriste a annoncé s’être saisi de l’enquête.

Le parquet national antiterroriste a décidé ce jeudi de se saisir de l'enquête sur l'agression d'Yvan Colonna (61 ans) à la prison d'Arles, la veille. Le militant indépendantiste corse, condamné à la réclusion criminelle à perpétuité pour l'assassinat du préfet Claude Erignac à Ajaccio en 1998, est hospitalisé dans le coma à Marseille. 

>> Tous les podcasts de RMC

Pas de différend d'ordre personnel selon les premiers éléments

"Le détenu soupçonné d’avoir violemment agressé Yvan Colonna avait été condamné le 20 avril 2016 du chef d’association de malfaiteurs en vue de préparer des actes de terrorisme par le tribunal correctionnel de Paris à la peine de 9 ans d’emprisonnement avec une période de sûreté des deux-tiers, indique le parquet national antiterroriste dans un communiqué."

"Les circonstances des faits et les premiers éléments d'enquête qui semblent, en l'état, exclure un différend d'ordre personnel, motivent cette saisine, ajoute le parquet. L’enquête a été ouverte pour tentative d’assassinat en relation avec une entreprise terroriste. La garde à vue de l’agresseur supposé se poursuit de ce chef."

A 10h15, ce mercredi, l'assaillant, le Camerounais Franck Elong Abé (36 ans), s'est jeté sur Yvan Colonna en salle de musculation. Il l’a étranglé, étouffé, jusqu’à l’intervention d’un surveillant pénitentiaire. Le parquet de Tarascon avait indiqué mercredi qu'Yvan Colonna était dans un coma post-anoxique, un type de coma consécutif à une privation d'oxygène dans le cerveau. 

LP avec ML