RMC

Attentat de la rue des Rosiers à Paris: où en est l'enquête?

Le 9 août 1982, un attentat terroriste ciblant la communauté juive avait fait 6 morts et 22 blessés dans la rue des Rosiers. Ce mardi, un premier hommage national va être rendu alors que l'enquête n'a pour l'instant toujours pas permis d'arriver à un procès.

Quarante ans après l'attentat terroriste du restaurant juif Goldenberg de la rue des Rosiers qui a fait 6 morts et 22 blessés, le premier hommage national sera rendu ce mardi sur les lieux du drame. Eric Dupont-Moretti, le ministre de la Justice, est attendu sur place à 13h.

Mais s’il y a cet hommage national, il ne risque pas d’y avoir un procès de si tôt. Le seul suspect aux mains de la justice française clame toujours son innocence.

Quatre personnes sont aujourd'hui connues et soupçonnées par la justice française d'avoir participé à l'attentat, mais seule l'une d'entre elle est en détention provisoire en France, extradée de Norvège en 2020.

Pas d'extradition pour trois suspects connus

Il reste donc trois suspects connus, dont deux sont en Jordanie et un à Ramallah en territoire palestinien. Eric-Dupont Moretti, le ministre de la Justice, estime que ce dernier est "inextradable" par l'autorité palestinienne. Cela fait donc maintenant 7 ans que la France ne parvient pas à les extrader.

Une impuissance qui insupporte Yohann Taïeb, représentant de victimes de l'attentat de la rue des rosiers.

“La complicité passive des états en question, ce n’est plus possible. La Norvège a démontré que quand on voulait aider dans la lutte contre le terrorisme, on pouvait le faire. Moi, je considère ces pays-là comme des refuges de terroristes”, assure-t-il.

Si tous les suspects ne seront pas là, Yohann Taïeb se veut confiant sur la tenue d'un procès même si encore aujourd'hui, l'enquête n'a pas su déterminer précisément combien de terroristes ont participé à l'attentat.

Maxime Levy avec Guillaume Descours