RMC

Attentats de Copenhague: "Montrer aux terroristes qu'ils ne nous feront pas reculer"

Ce dimanche, des milliers de Danois se sont rendus spontanément devant le café culturel et la synagogue de Copenhague où ont eu lieu les deux fusillades. RMC était sur place et a notamment recueilli le témoignage de Christian, un ami de 20 ans de Dan Uzan, 38 ans, tué devant la synagogue Krystalgade dans la nuit de samedi à dimanche.

Au Danemark, l'enquête avance. Ainsi, ce lundi, la police danoise cherchait à connaître les motivations de l'auteur présumé des deux fusillades de Copenhague, un jeune homme né au Danemark et fiché pour actes de délinquance. Attentats qui ont fait deux victimes: Finn Nørgaard, 55 ans, et Dan Uzan, 38 ans. Ce dernier a été tué devant la synagogue Krystalgade. Il s'était porté volontaire pour être "vigile" et assurer la protection d'une Bar-Mitzva qui se déroulait à l'intérieur de la synagogue et qui réunissait 80 personnes.

"Nous ne comprenons pas"

La mort de Dan a bouleversé Christian, son ami de 20 ans, venu lui rendre hommage ce dimanche. "Je suis très touché par ce qui s'est passé. Je suis venu ici (devant la synagogue, ndlr) pour voir où il a passé ses dernières minutes", témoigne-t-il sur RMC. Et d'ajouter: "Je le connaissais bien et c'était quelqu'un de très altruiste. Il aimait bien rendre service comme il l'a fait pour les 80 personnes présentes dans la synagogue ce soir-là. Et d'ailleurs peut-être que cette tragédie aurait été pire sans sa présence…"

Christian n'était pas le seul ce dimanche à rendre hommage aux victimes. En effet, des milliers de Danois se sont spontanément déplacés sur les lieux des attaques. Dans la foule devant la synagogue, il y avait notamment Sossa, venue avec son mari "par sympathie envers les victimes": "Nous sommes un petit pays où tout le monde est heureux. Nous ne comprenons pas… C'est important de montrer aux terroristes qu'ils ne nous feront pas reculer", raconte-t-elle à RMC.

"Je ne suis pas Charlie Hebdo"

L'état d'esprit était le même devant le café culturel où le tueur de Copenhague a fait sa première victime. Face à ce drame, Tom estime par exemple que le Danemark doit rester un pays où la liberté d'expression est totale. "Depuis les caricatures de Mahomet, les Danois savent que nous sommes des cibles potentielles pour les terroristes. On ne se demandait pas si quelque chose allait se passer au Danemark, mais quand", assure-t-il dans Bourdin Direct. Mais tous ne sont pas de son avis.

En effet, après ces deux fusillades, des voix discordantes s'élèvent dans le pays sur cette question de la liberté d'expression. "Je ne suis pas Charlie Hebdo et la liberté d'expression doit servir à autre chose que de critiquer ce qui est sacré pour d'autres personnes", explique Rebecca qui pense d'ailleurs que cette question va durablement diviser la société danoise.

Maxime Ricard avec Guillaume Chièze