RMC

Attentats de janvier 2015: comment un employé municipal s’est jeté sur Amedy Coulibaly à Montrouge

La cour d'assises spéciale a entendu vendredi le témoignage d'un employé municipal, présent sur les lieux lors de l'assassinat de Clarissa Jean-Philippe, qui a tenté de désarmer le terroriste.

Quand Laurent, employé municipal à Montrouge, voit le terroriste ce 8 janvier 2015 à 1 mètre de lui, sortir sa kalachnikov et tirer sur son collègue, il pense à une blague "J'ai tapé sur le canon de l'arme en disant 't'es con ou quoi tu fais des blagues comme ça avec ce qui s'est passé hier à Charlie Hebdo'". Puis il comprend que l'arme n'est pas factice.

Diabétique, Laurent est en hypoglycémie mais a "une montée de haine" : "Si je veux survivre il faut que je lui rentre dedans", dit-il en revivant la scène, la mimant à la barre. S'ensuit un corps à corps de plusieurs minutes, pendant lequel Amedy Coulibaly ne lui dira qu'une phrase : "Tu veux jouer? tu vas crever". Laurent est agrippé à sa kalachnikov, le terroriste au-dessus de lui sort alors son arme de poing, lui donne un coup de crosse, puis vise sa tête, leurs regards se croisent... et le terroriste fait demi-tour et s'enfuit.

Laurent apprendra plus tard, que l'arme s'est enrayée. Un acte héroïque lui dit une avocate de parties civiles : "Ce n'était pas de l'héroïsme, je suis devenu fou, et c'est probablement ce qui ma sauvé" conclu-t-il.

Gwladys Laffitte (avec G.D.)