RMC

Attentats de Paris: sur les traces de Mohamed Amri, soupçonné d'être l'artificier des opérations

ENQUETE - La police a peut-être mis la main sur un acteur clé des attentats de Paris: l’artificier. Un rôle déterminant dans une opération terroriste, celui qui a la charge de confectionner les gilets d’explosifs. Selon nos informations, il pourrait s’agir de Mohamed Amri, un Français de 27 ans mis en examen ce lundi du chef d’attentat terroriste et participation aux activités d’un groupe terroriste par la justice belge.

Mohamed Amri a 27 ans. Il est Français, musulman et porte la barbe. Il vit à Molenbeek, dans l’agglomération de Bruxelles, dans un appartement modeste, au 2e étage d’un pavillon résidentiel. Une rue plutôt calme, dans un quartier considéré comme un repère de djihadistes. Mohamed Amri aurait joué un rôle clé dans les attentats de Paris de vendredi dernier. En effet, selon nos informations, les enquêteurs pensent qu'il est l'artificier de ces attaques, à savoir celui qui a la charge de confectionner les gilets d’explosifs.

"C'était vraiment un type invivable"

Mohamed s’est marié en 2013 et habite à Molenbeek avec son épouse, Kim, depuis trois ans. Ils n’ont pas d’enfants. Depuis trois ans, ils n’ont tissé aucun lien avec le voisinage. Au contraire même, le peu de relations qu’ils entretiennent sont conflictuelles. Une brutalité dont témoigne son casier judiciaire. Selon nos informations, il a notamment été arrêté pour coups et blessures volontaires en 2009. Sur place, un seul de leurs voisins à accepter de nous parler d’eux. Et surtout de Mohamed. Il dresse le portrait d’un homme inquiétant.

"On s'en plaignait parce que c'était vraiment un type invivable. Tout le monde en avait peur, assure-t-il. Son comportement, sa façon de répondre… C'était brutal, cela ressortait comme ça de lui". Et d'ajouter: "Je l'ai croisé il n'y a pas si longtemps, quelques jours peut-être… Je le voyais travailler dans son garage". Quant à son épouse, Kim, ce voisin la décrit comme "une Belge, très jeune, qui a dû se convertir car on la voyait voilée. Mais on ne se parlait pas".

Des explosifs retrouvés dans son appartement

C’est dans le garage de son domicile que les enquêteurs ont mis la main, samedi soir, sur une voiture. Une Golf dans laquelle Mohamed Amri avait été contrôlé le matin même près de Cambrai. Les enquêteurs belges ont aussi retrouvé des nitrates et d’autres éléments de fabrication d’explosifs lors de la perquisition de son appartement. Après 48h de garde à vue, Mohamed Amri a été mis en examen du chef d’attentat terroriste et participation aux activités d’un groupe terroriste par la justice belge.

Aux côtés de Mohamed lors de son contrôle à Cambrai, deux amis. Hamza Attou, un Belge de 21 ans. Lui aussi interpellé samedi dernier, il a été mis en examen ce lundi du chef d’attentat terroriste. Dans la voiture également, Salah Abdeslam, le Français de 26 ans soupçonné d’avoir participé aux attentats. Ce dernier est toujours activement recherché par la police qui a mené ce lundi une vaste opération à Molenbeeck pour tenter de le retrouver.

Salah Abdeslam toujours introuvable

Ainsi, à quelques centaines de mètres du domicile de la famille Abdeslam, les policiers belges ont quadrillé tout un pâté de maison pendant plus de 4h et perquisitionné plusieurs logements. Aucune trace de Salah. Plus tard dans la soirée, c’est dans un quartier de Strasbourg qu’il aurait été vu par un témoin. Une opération de police française sur place n’a rien donné.

Alors qu'il demeure introuvable, Mohamed, son frère interpellé samedi et finalement relâché sans conditions après une trentaine d’heures de garde à vue, a affirmé ne rien savoir de la radicalisation de ses frères (Brahim Abdeslam, 31 ans, est mort en kamikaze sur la terrasse du comptoir Voltaire à Paris vendredi soir, ndlr). Il pensait que ses frères étaient partis en vacances et assure qu’il ignorait tout des agissements de ses frères.

M.R avec Amélie Rosique