RMC

Attentats: la mairie de Cannes crée sa brigade de citoyens vigilants pour surveiller les écoles

Des citoyens vigilants vont surveiller les abords des établissements scolaires, à Cannes (Alpes-Maritimes). (Photo d'illustration).

Des citoyens vigilants vont surveiller les abords des établissements scolaires, à Cannes (Alpes-Maritimes). (Photo d'illustration). - AFP

Après les attentats de Paris du week-end dernier, la mairie de Cannes a décidé de recruter une centaine de bénévoles pour devenir citoyen vigilant pour sécuriser les établissements scolaires et rapporter d'éventuels comportements suspects. RMC a rencontré plusieurs de ces citoyens vigilants.

Après les attentats de Paris, vendredi 13 novembre, François Hollande a annoncé un exceptionnel renforcement des forces de police, du renseignement et de la justice, pour prévenir et lutter contre le terrorisme. Mais puisque "tout ne peux pas reposer sur les forces de l'ordre", le maire de Cannes a décidé de lancer son dispositif de surveillance civile pour parer à la menace terroriste. Sans armes, ni uniformes, une centaine de citoyens bénévoles seront chargés d'aider la police à contrôler les établissements scolaires aux heures d'entrée et de sortie des élèves. Seul signe distinctif : ils porteront un badge pour les identifier.

"Je voulais être active et faire un geste citoyen"

La mairie va "recruter" 100 bénévoles, chargés de surveiller les 35 établissements scolaires de la ville. Jennifer, jeune mère de famille n'a pas hésité une seule seconde à se porter volontaire pour être citoyen vigilant, comme elle l'explique sur RMC. "Ça me paraît normal de le faire. Il ne faut pas rester chez soi en se disant que c'est triste ce qu'il s'est passé. Moi je voulais être active et faire un geste citoyen. Ils ont attaqué des jeunes donc forcément on se dit pourquoi pas des écoles. On inculte la liberté aux enfants, donc peut être qu'ils s'en prendront aux enfants aussi".

Comme Jennifer, Serge, retraité de 75 ans, a décidé de rejoindre les rangs des citoyens vigilants. Une évidence pour lui. "Que peut-on faire avec nos moyens ? On a cette possibilité d'apporter notre aide. On veut amener aux parents une sérénité. On porte une attention de bienveillance et de sécurisation. C'est du civisme, un acte de patriotisme".

"C'est un acte de patriotisme"

Jennifer, Serge, et tous les autres devront signaler aux forces de l'ordre les comportements qu'ils jugeront suspects. "Par exemple, une voiture qui passe plusieurs fois devant un établissement scolaire, avec des individus qui s'arrêtent, qui prennent pourquoi pas des photos… c'est un comportement douteux", explique Yves Daros, responsable de la police municipale de Cannes. Il se réjouit de pouvoir compter sur eux. "Là nous pourrons être assistés par ces personnes qui nous donnerons l'immatriculation, qui nous expliqueront ce qu'elles ont vu et nous transmettrons tout ça à la police nationale pour qu'il y ait des enquêtes".

"Un comportement qui sort des sentiers battus, une conduite qui laisse pointer un doute, un homme qui se manifeste à deux ou trois reprises, qui ne parle à personne, qui regarde… on appelle la police", anticipe Serge, prêt visiblement à accomplir avec la plus grande rigueur sa mission.

"Un bon signalement peut permettre d'éviter le pire"

Le maire de Cannes, David Lisnard (LR), dit s'être inspiré du modèle irlandais, qui avait lancé une brigade de surveillance civile pour lutter contre l'IRA (Armée républicaine irlandaise, lors de la guerre civile dans les années 70-80 en Irlande du Nord, NDR). "Tout ne peux pas reposer sur les forces de l'ordre. Les citoyens doivent s'impliquer. C'est un regard de plus, en plus du regard policier et de la vidéo-protection. Un bon signalement recoupé avec une autre information peut permettre d'éviter le pire. Il n'y a pas de risque zéro et ça ne va pas éradiquer le phénomène mais ça va nous aider à lutter, dans une ville de Cannes qui est très exposée". Une aide précieuse que la ville compte pérenniser et étendre à d'autres sites de la ville recevant du public.

Philippe Gril avec Elodie Messager