RMC

Charlie Hebdo: "Les caricatures, on ne les acceptera jamais", dit un musulman

Charlie Hebdo est dans les kiosques

Charlie Hebdo est dans les kiosques - AFP

Le nouveau numéro de Charlie Hebdo est en vente depuis ce mercredi dans les kiosques. En Une du journal, le prophète Mahomet, en pleurs, une pancarte "Je suis Charlie" dans les mains et au-dessus de lui ce titre: "Tout est pardonné". Une titraille qui a été plutôt mal accueillie par la communauté musulmane comme l'a constaté RMC.

Plus de vingt pays, cinq langues, trois millions d'exemplaires… le nouveau numéro de Charlie Hebdo est en vente depuis ce mercredi dans les différents kiosques de France, mais aussi à travers le monde. Et ce numéro 1178 de l'hebdomadaire satirique restera à jamais dans l'histoire comme étant le premier après l'attentat qui a décimé une partie de la rédaction. Pour autant, les "survivants" persistent et signent: la ligne éditoriale ne sera pas modifiée. Preuve en est pour ce numéro exceptionnel la Une, dessinée par Luz, est une nouvelle caricature du prophète Mahomet. Sur un fond vert, une larme à l'œil, celui-ci tient une pancarte "Je Suis Charlie" dans la main. Inscrit au-dessus "Tout est pardonné".

"Qu'ils nous laissent tranquilles"

Si cette Une sur Mahomet a déjà été reproduite par de très nombreux médias et sites dans le monde, elle a en revanche été occultée par les grands médias des pays musulmans et dans certains pays d'Afrique ou d'Asie car l'Islam interdit de représenter le prophète. En France, comme l'a constaté RMC, la communauté musulmane est assez divisée à ce sujet. Ainsi, à la sortie de la mosquée de Pantin ce mardi, Amed n'apprécie pas du tout : "Ce n'était pas utile d'en rajouter parce que, nous, ça nous blesse de voir des choses comme ça. Ce n'est pas parce que Charlie Hebdo s'est fait tuer et que le monde entier est derrière eux que l'on va accepter les caricatures".

Et ce fidèle de marteler: "Les caricatures, on ne les acceptera jamais. Tout le monde en a pris tellement gros sur le moral après ce qu'il s'est passé qu'aujourd'hui on doit jouer l'apaisement. Or ça (la Une, ndlr) n'apaise pas". Pourtant, il insiste "tout le monde doit se calmer, même l'équipe de Charlie Hebdo". Enis estime lui aussi que cette Une est une provocation: "Ça fait mal au cœur car on se moque d'une religion. On est très triste de voir tous ces morts. On est en deuil et ils nous tapent encore dessus. Qu'ils nous laissent tranquilles".

"On n'est pas d'accord mais ils ont le droit"

Seul Abdel, barbe longue, djellaba sombre, a une vision différente: "On n'est pas d'accord mais ils ont le droit. On est en France, c'est un pays de liberté donc chacun est libre de faire ce qu'il veut". Ce fidèle ajoute que "c'est Dieu qui va tous les juger: les musulmans, les juifs, les dessinateurs… C'est à Dieu et non à nous". Les représentants de la communauté musulmane appelaient au calme hier.

Mohamed Henniche, responsable de l'Union des associations musulmanes de Seine Saint Denis, est de cet avis. "On espère qu'ils cherchent juste à avoir le dernier mot. Ils ont le dernier mot maintenant, honnêtement, passons à autre chose. On tourne cette douloureuse page définitivement". Mais il met en garde Charlie Hebdo : "S'ils continuent, c'est de l''inconscience car on ne peut pas surveiller tous les musulmans de France. Il peut y avoir des gens fragiles, manipulables et ces gens-là, en les tentant, on va finir par les pousser à l'acte".

Venez réagir sur le sujet : Charlie Hebdo : allez-vous l'acheter ?

Et aussi : Une de Charlie Hebdo, comment la trouvez-vous? 

Maxime Ricard avec Thomas Chupin