RMC

Côte d'Azur: extorsion, incendie criminel... Le rêve de restaurateurs parisiens tourne au cauchemar

Ils avaient tout plaqué pour ouvrir un restaurant en bord de mer sur la Côte d'Azur mais leur rêve s'est transformé en cauchemar. Deux Parisiens sont tombés entre les mains de professionnels véreux qui leur ont extorqué de l'argent. Et lorsqu'ils ont arrêté de payer, ils vont vu leur établissement brûler.

Sur la Côte d'Azur, le rêve d'un couple de Parisiens a viré au cauchemar. Tout commence fin 2019. Ils quittent la capitale et investissent toutes leurs économies pour ouvrir un restaurant sur la promenade de Saint-Laurent du Var.

Mais là-bas, leur naïveté leur joue des tours. Ils tombent entre les mains de professionnels véreux qui leur font signer un montage financier improbable, suivi de pressions, et carrément d’extorsion. Il est question de plusieurs centaines de milliers d’euros, révèle France 3 Alpes-Maritimes.

En 2020, acculé, le couple cesse de payer. En représailles, quelques semaines plus tard, le restaurant est totalement ravagé par un incendie criminel. C'est la BRB, la brigade de répression du banditisme de la police judiciaire de Nice qui vient de résoudre l’affaire.

Milieu "corso-niçois"

Après un coup de filet où 11 personnes ont été interpellées dans les Alpes-Maritimes, en Haute-Corse, dans le Vaucluse et dans les Bouches-du-Rhône, et un pistolet automatique saisi, 4 suspects ont été mis en examen et écroués.

Les deux premiers, des petits délinquants d’une vingtaine d’années, sont soupçonnés d’être les incendiaires du restaurant. Les deux autres, la quarantaine, sont les commanditaires présumés, des hommes déjà bien connu dans le banditisme et qui sont soupçonnés d'appartenir au milieu corso-niçois, comme l'a indiqué à l'AFP le patron de la Police judiciaire (PJ) de Nice Florent Mion.

Une affaire qui illustre parfaitement les méthodes d’extorsion du milieu azuréen, confie un enquêteur à RMC.

Avec Guillaume Biet