RMC

Augmentation des noyades d'enfants à Marseille: "Un enfant peut se noyer dans 30 centimètres d'eau"

Des médecins marseillais alertent sur les risques de noyade des enfants. Depuis le début juin, 16 enfants ont été admis à l'hôpital de la Timone et 3 sont morts. Des chiffres dus parfois à un manque de surveillance des parents mais aussi au manque d'apprentissage de la nage.

Depuis le début de l'été, le nombre de noyades d'enfants à Marseille a été trois fois plus important que les autres années. Un chiffre communiqué par des médecins des urgences pédiatriques de la ville qui demandent plus de vigilance car beaucoup sur le bord de mer sont sans surveillance.

Sur les plages marseillaises bondées, les comportements des parents sont d'ailleurs très différents. Sur le sable, les parents stressés côtoient ceux qui comme Moïse sont adeptes du laisser-faire.

"Je laisse faire, il n'y a pas de problème. C'est les vacances, on en profite. Tout va bien!" explique ce père de famille. 

Mais au micro du poste de secours, il n'est pas rare que les CRS chargés de la surveillance lancent des messages après avoir retrouvé des enfants seuls. Cela devient même une habitude constate Mérouane. "Je trouve des gamins qui sont tout seul, je retrouve les parents et ils me disent n'importe quoi, ils me disent qu'ils les surveillent de loin..."

"Les parents sont là pour surveiller leurs propres enfants"

Mais dans la majorité, les parents se mettent en mode vigie et installent, comme Sarah, leur serviette au bord de l'eau pour être sûrs d'avoir l'oeil et de pouvoir intervenir à temps. "On crie, on court derrière, on fait tout pour les surveiller", explique cette maman. Le responsable des sauveteurs de la Croix-Blanche Jean-Luc Collange ne cesse de le rappeler, le danger peut être partout.

"Ca peut aller très vite, dans 30 centimètres d'eau un enfant peut se noyer rapidement. Les sauveteurs sont là pour surveiller toute la plage, les parents sont là pour surveiller leurs propres enfants", rappelle-t-il. 

Axel Lamotte, secrétaire général adjoint du syndicat national professionnel des maîtres-nageurs sauveteurs pointe également un autre problème, conséquence de l'augmentation des noyades.

"Le problème d'origine est l'apprentissage de la natation (...). Dans certaines collectivités, Marseille entre autres, les maîtres-nageurs ne sont pas ceux qui apprennent à nager aux enfants des écoles", regrette-t-il.

D'après lui, à Marseille, "un enfant sur deux qui entre en sixième ne sait pas nager", un chiffre qui serait encore plus important dans les quartiers nord de la ville. Pour arrêter de voir croître le nombre de noyades, il en appelle d'abord à l'attention des parents qui "devraient être à moins de 20 centimètres de leurs enfants", mais aussi à "un plan d'urgence d'apprentissage de la natation". 

C. B avec Stéphane Burgatt